La Belgique enregistre la deuxième plus forte croissance des prix de l'immobilier en Europe

Le dernier coup de sonde d'Immoweb sur les prix de l'immobilier en Europe révèle une forte hausse en Belgique, même si notre pays garde des tarifs bien en-dessous de ceux pratiqués chez nos voisins.

François Thys
La Belgique enregistre la deuxième plus forte croissance des prix de l'immobilier en Europe
©Shutterstock

Où se place la Belgique sur le marché européen de l'immobilier ? La société Immoweb, en partenariat avec Meilleurs Agents, vient de publier une étude concernant l’évolution des prix de l’immobilier dans sept pays européens (Belgique, France, Italie, Royaume-Uni, Allemagne, Espagne et Portugal). Avec des conclusions en demi-teinte pour notre pays...

Le premier constat, et c'est la mauvaise nouvelle, c'est que la Belgique enregistre la deuxième plus forte hausse des pays analysés, "avec +11,8 % (contre + 6,4 % pré-crise) juste derrière l'Allemagne avec +23,5 % (contre 17,6 % avant la crise sanitaire)", indiquent les auteurs de l'étude.

Une hausse qui doit être relativisée, puisque "concernant les prix de l'immobilier au m², les prix de l'immobilier les plus faibles d'Europe sont en Italie (1 684 €/m²), suivis de l'Espagne (1 824 €/m²) et de la Belgique (2 169 €/m²). Le Royaume-Uni se place en tête des pays les plus chers avec 3 638 €/m², devant l'Allemagne avec 3 066 €/m² et la France avec 3 006 €/m²", précisent-ils.

Un pouvoir d'achat toujours intéressant en Belgique

Les tendances observées ne sont pas étrangères à la crise sanitaire. Ainsi, les capitales perdent en partie de leur intérêt auprès des acheteurs, au profit des zones plus reculées. En cause : le télétravail. "Avec la crise sanitaire, le télétravail s'est généralisé et s'est imposé à tout le monde en Europe, ce qui a forcé les entreprises à revoir leur politique de travail. En parallèle, les confinements successifs ont généré de nouvelles attentes auprès des ménages européens. De ce fait, de plus en plus d'européens se sont tournés vers un immobilier moins cher dans les zones péri-urbaines", analyse Piet Derriks, Managing Director d'Immoweb.

"De plus en plus d’européens se sont tournés vers un immobilier moins cher dans les zones péri-urbaines", note Piet Derriks, Managing Director d’Immoweb.
"De plus en plus d’européens se sont tournés vers un immobilier moins cher dans les zones péri-urbaines", note Piet Derriks, Managing Director d’Immoweb. ©IMMOWEB

L'évolution des prix dans ces capitales européennes, si elle est toujours positive, marque donc toutefois un ralentissement. "A titre d'exemple, là où Lisbonne et Berlin comptabilisaient une hausse respective de +21,5 % et +17,2 % des prix immobiliers pré-covid (mars 2020), elles affichent désormais une dynamique de prix moins forte, de l'ordre de +11,2 % et +13,2 %."

Quant à Bruxelles, elle reste une capitale tout à fait intéressante à l'échelle européenne, puisque le pouvoir d'achat immobilier dépasse celui des autres capitales européennes, dont Lisbonne, Berlin, Madrid, Paris ou Londres. "En effet, un ménage bruxellois de deux personnes avec un revenu médian peut acquérir un bien de 66 m². Ce pouvoir d'achat est d'autant plus élevé en Wallonie, où un ménage peut obtenir un bien de 134 m², contre 97 m² en Flandres", mentionne encore le rapport d'Immoweb.

L'Italie, seul pays en recul

Les chiffres concernant l'Italie sont toutefois les plus marquants, puisqu'on y relève... une baisse des prix. "Seul pays dont les prix de l'immobilier ont baissé de 2,9 % sur l'année écoulée, l'Italie présente le pouvoir d'achat le plus attractif d'Europe. Avec en Europe un revenu médian de 33 882 euros et des taux d'intérêt à 1,38 %, un ménage peut obtenir un bien immobilier de 116 ."

A l'autre bout de l'échelle, on trouve le Royaume-Uni, où les prix de l'immobilier restent les plus chers d'Europe. "Un ménage britannique de deux personnes avec un revenu médian peut acquérir un bien de 40m² au Royaume-Uni", précisent les auteurs, ajoutant que pour emménager à Londres, où le mètre carré coûte 15 149 euros, il faudra se contenter d'un... 12 m².

Les Britanniques sont suivis par les Français. Et si Paris garde une allure inaccessible, les prix dans la capitale française enregistrent cependant un léger recul. "Alors que la ville offre des prix moyens trois fois supérieurs à ceux observés sur le territoire national, elle est la seule capitale européenne à évoluer dans le sens inverse de son pays en 2021. Les prix sont en augmentation de 5,4 % depuis un an en France alors qu'à Paris, les prix baissent de 1,7 %, pour avoir un prix moyen au m² de 10 208 euros."