La Région wallonne veut accélérer la rénovation du logement privé sur son territoire

La Région wallonne lance une "recherche action" de 18 mois pour stimuler la rénovation du logement privé.

Philippe Henry (Ecolo), le ministre wallon de l'énergie.
Philippe Henry (Ecolo), le ministre wallon de l'énergie. ©BELGA
La Libre Eco avec Belga

Le Centre scientifique et technique de la construction (CSTC), la Confédération Construction wallonne (CCW) et le pôle de compétitivité Green Win qui concerne notamment les matériaux et les procédés de construction, ont annoncé mercredi à Limelette le lancement de l'initiative RENO+. Il s'agit d'une "recherche action" soutenue par le Gouvernement wallon et mobilisant les acteurs du secteur pour accélérer sensiblement la rénovation du logement privé en Wallonie dans la perspective d'une neutralité carbone de l'ensemble du bâti wallon en 2050, avec un objectif intermédiaire en 2030 d'une rénovation de 250 000 logements. Cela nécessite de tripler le taux annuel de rénovation des logements sur le territoire wallon. Les partenaires visent 3 %, alors qu'il est actuellement de moins d'1 %.

Pour y parvenir, il s'agit d’accroître et donc de stimuler la demande privée, de structurer l'offre de rénovation énergétique (solutions techniques, nouveaux business models, accessibilité via des mécanismes de financement adaptés...), de faciliter l'exécution des travaux (qualité, délais...) et de contribuer à la maîtrise des coûts.

Au niveau européen, 40 % de la consommation énergétique est due au parc immobilier et au moins 60 % du bâti résidentiel date d'avant 1980, 36 % des émissions de gaz à effets de serre sont liés aux bâtiments et 16,3 % des gaz à effets de serre sont dus au chauffage des habitations. La Wallonie veut donc agir, d'autant que la rénovation constitue une opportunité pour la réutilisation de matériaux. Le Plan de relance wallon considère d'ailleurs la rénovation énergétique du bâti comme un des principaux leviers de relance. Les projets allant dans ce sens sont soutenus par le gouvernement wallon.

"La crise énergétique, la volonté des ménages de diminuer leurs factures et le plan de relance font qu'il y a un momentum pour aller de l'avant et concrétiser les objectifs, en s'appuyant sur le travail déjà réalisé depuis plusieurs années", a indiqué mercredi le ministre wallon de l'énergie, Philippe Henry (Ecolo).

La recherche action annoncée par les trois partenaires pour les dix-huit mois à venir devra orienter les choix et définir les meilleures solutions à mettre en oeuvre. Il s'agira de coconstruire les solutions avec les acteurs de terrain, les tester et les améliorer. Parmi les axes de travail annoncés, on retrouve la volonté de comprendre les besoins du client, de construire l'offre de solutions techniques, de fixer un cadre urbanistique et un cadre "qualité", de stimuler l'innovation ou encore de mobiliser des financements pour soutenir les objectifs wallons de rénovation du logement privé.

Sur le même sujet