L'Université de Gand va louer des chambres étudiantes... à Bruges : "C'est mieux que pas de kot du tout"

Les étudiants devront faire la navette entre les deux villes flamandes.

J.F.
L'Université de Gand va louer des chambres étudiantes... à Bruges : "C'est mieux que pas de kot du tout"
©belga

Ce n'est un secret pour personne : il manque cruellement de logements étudiants en Belgique. Le nombre d'étudiants augmente en effet beaucoup plus rapidement que le nombre de kots disponibles. Pour faire face à cette demande accrue, les universités n'ont d'autres choix que d'innover.

Récemment, l'Université de Gand a annoncé qu'elle louerait une centaine de chambres étudiantes dans un bâtiment à proximité de la gare de... Bruges. Les deux villes sont pourtant distantes d'une soixantaine de kilomètres. Généralement, quand on prend un kot, c'est pour se retrouver à proximité du campus. Mais, cette fois, ce ne sera pas le cas. Les jeunes devront faire 50 min en voiture ou 20 min en train pour rejoindre leur école.

"Si on a le choix entre kotter à 100m de son campus ou à quelques kilomètres, tout le monde va prendre la première option", constate Julien De Wit, directeur des affaires sociales de l'Association flamande des étudiants, au Morgen. "Mais ce n'est plus une option. Un chambre à Bruges reste mieux que pas de chambre du tout." D'autant que les logements proposés par l'université sont moins chers que les logements privés.

Un marché sous pression

"Il est clair que le marché du logement à Gand est sous pression", a réagi l'Université de Gand. "De nombreux étudiants séjournent dans des logements étudiants non réglementés, des maisons familiales ou des appartements familiaux. L'Université de Gand ne veut pas se soustraire à sa responsabilité dans cette affaire."

L'année dernière, l'université avait déjà innové en logeant des étudiants étrangers dans un hôtel.

Dès 2024, l'université s'engage à louer des chambres à Gand afin d'accueillir les étudiants. Elle a également déposé une demande de permis pour la construction d'une nouvelle résidence étudiante sur la Corneel Heymanslaan. Cela ne suffira toutefois pas à couvrir la demande qui menace d'exploser dans les années à venir.