Bientôt un plafonnement général de l'indexation des loyers à 2 % à Bruxelles ?

Le Syndicat des Locataires est venu plaider cette cause ce lundi en fin de matinée, soutenu par une petite cinquantaine de militants, au parlement bruxellois qui fait sa rentrée dans l'après-midi.

La Libre Eco avec Belga
Bientôt un plafonnement général de l'indexation des loyers à 2 % à Bruxelles ?
©Shutterstock

Le Syndicat des Locataires n'en démord pas : il exige toujours un plafonnement général de l'indexation des loyers à 2 % à Bruxelles. Il est venu le faire savoir lundi en fin de matinée, soutenu par une petite cinquantaine de militants, au parlement bruxellois qui fait sa rentrée dans l'après-midi. Objectif: tenter de convaincre une majorité de parlementaires d'adopter une ordonnance dans ce sens, faute de consensus sur ce point au gouvernement, dont les ailes DéFI et Open Vld font barrage sur cette formule.

Une délégation a été reçue par le président de l'assemblée bruxelloise, Rachid Madrane (PS).

Le Syndicat des Locataires, soutenu par d'autres associations actives dans le domaine du logement, demande, depuis le mois de juin de réduire à 2 % l'indexation des loyers, laquelle avoisine actuellement les 10 %.


Le Syndicat des Locataires se montre très frileux à propos de la dernière proposition en date avancée par la secrétaire d'État au Logement, Nawal Ben Hamou (PS) consistant à lier l'indexation des loyers à l'efficacité énergétique des biens. Selon le Syndicat, seuls les locataires vivant dans des logements classés E, F ou G, qualifiés de passoires énergétiques, ne subiraient aucune indexation.
Les locataires, vivant dans des habitations A, B, C ou D, "seraient pénalisés… La solution au problème de l'indexation ne peut pas être de nature à générer une nouvelle inégalité… Nous plaidons, au contraire, pour que tout avantage de cette nature soit basé sur le PGB (Performance Général des Bâtiments) qui tient compte, lui, de l'ensemble des éléments liés à l'état du bien: la salubrité, la superficie, les commodités existantes, la qualité de l'installation électrique, etc.…", fait valoir le Syndicat des Locataires.