Investir dans un terrain agricole : "Un choix que l'on fait pour soi et pour les générations à venir"

Pour le notaire Renaud Grégoire, un investisseur ne peut plus se permettre d’acheter du foncier rural sans penser à ce qu’il représente en termes environnemental et alimentaire.

 Les 20 hectares de terres agricoles seront divisés en deux lots.
"Le législateur n’a pas réussi à inclure [dans le nouveau bail à ferme] des clauses environnementales qui auraient pu encourager la reconversion du monde agricole. Un propriétaire ne peut toujours pas influer le type d’exploitation ou le mode de culture. À moins d’exploiter lui-même son bien." Me Renaud Grégoire, Porte-parole de Fednot. ©ÉdA – 60253517613
Libre Immo...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité