Dans sa volonté de favoriser le shift modal en faveur du transport fluvial, la Région wallonne, via la SOFICO, modernise ses complexes éclusiers entre Namur et Liège de manière à permettre le passage de bateaux de grand gabarit, jusqu’à 9.000 tonnes. Et un bateau de 9.000 tonnes, ce sont 450 camions de 20 tonnes en moins sur les routes !

Le dernier chaînon manquant est l’écluse d’Ampsin-Neuville, où la forte croissance du trafic rend plus que nécessaire la construction d’une écluse à grand gabarit. Ce site se situe sur l’un des axes européens majeurs de navigation. Et l’objectif est, à l’horizon 2050, d’y faire transiter plus de 25 millions de tonnes.

Un chantier exceptionnel

C’est aussi l’un des plus gros chantiers de génie civil de la Région wallonne à l’heure actuelle : une superficie d’environ 30.000 m2, un montant de près de 120 millions d’euros investis sur cinq ans… Et l’entreprise Duchêne ne cache pas son enthousiasme d’être à la manœuvre intégrale de ce chantier exceptionnel.

« L’écluse d’Ampsin est actuellement notre chantier-phare », commente Philippe Goblet, Administrateur délégué de Duchêne. Celui-ci n’est pas la seule belle référence de l’entreprise, mais il représente tout de même environ un sixième de son activité globale. « Ce chantier est particulier à la fois par sa taille, sa complexité technique, mais aussi par la quantité du personnel mobilisé. »

Chaque jour, il mobilise une centaine d’ouvriers et une quinzaine de personnes d’encadrement. « 40 à 50 coffreurs travaillent là-bas depuis le début », poursuit Philippe Goblet. « Ce chantier est aussi un vivier d’apprentissage pour nos jeunes, une magnifique expérience où ils vont aborder toute la panoplie des techniques du génie civil. Quand les gens quitteront ce chantier après cinq ans, ils auront un bagage extraordinaire ! » Chaque étape est un événement en soi et le prochain rendez-vous important est la mise sous eau de l’écluse E2, prévue pour fin août 2021.

Respect et écoute

Le personnel est clairement un motif de grande fierté pour l’Administrateur délégué. « Notre société compte aujourd’hui 190 employés et 260 ouvriers. Nous avons la chance d’avoir un personnel motivé et fidèle, avec lequel nous veillons, tout comme avec nos clients, à entretenir un esprit de respect et d’écoute. Pour moi, cela participe indéniablement au fait que la société a plutôt le vent en poupe. »

L’entreprise Duchêne affiche depuis trois ans un chiffre d’affaires de quelque 150 millions d’euros assorti d’une rentabilité d’un bon niveau, malgré les effets de la crise sanitaire incroyable que nous vivons. Bien qu’elle fasse partie depuis 1990 d’un grand groupe international, le Groupe Eiffage, cette entreprise à l’ancrage wallon fort, créée en 1930, tient à conserver sa « taille humaine».

Pas de chômage

« Une de nos signatures, c’est aussi la volonté de faire travailler notre propre personnel », affirme Philippe Goblet. « Car derrière ces hommes et ces femmes, ce sont 450 familles wallonnes qui vivent directement ou indirectement au rythme de l’entreprise. Aujourd’hui, nous sommes fiers de pouvoir dire que tout notre personnel travaille. Et pour l’année passée, il faut souligner l’engagement de toutes les équipes qui, malgré une mise à l’arrêt d’un mois et demi à cause de la crise covid, ont travaillé les samedis et tout ou une partie du mois de juillet afin d’atténuer les impacts financiers importants dus à cette situation exceptionnelle ! »

La réalisation de l’écluse d’Ampsin fait partie d’un des quatre grands métiers de Duchêne : le bâtiment, le génie civil, un atelier menuiserie, et la quatrième, une activité très spécifique, l’électrification de voies de chemin de fer. « Nous réalisons, en effet, les caténaires pour le compte des Chemins de Fer belges sur le réseau ferroviaire wallon. C’est assez unique en Wallonie », explique Philippe Goblet.

Développement durable : une belle carte à jouer

Les projets à venir sont une autre source de motivation pour les équipes de Duchêne. Le développement durable est notamment synonyme d’innovation à venir. « Duchêne est une des rares sociétés wallonnes à être certifiée ISO 9001 pour la qualité, ISO 14001 pour l’environnement et ISO 45001 pour la sécurité, ce qui démontre notre attachement à ces trois valeurs », souligne l’Administrateur délégué.

« Il faut savoir par ailleurs que le Groupe Eiffage s’est donné comme objectif à l’horizon 2025, ensemble avec toutes ses filiales, de devenir le leader de la construction bas carbone. La société Duchêne a également été sélectionnée par Greenwin, avec l’entreprise Mobic (Harzé), le CSTC et l’UCL, dans le cadre d’un projet de développement de constructions à ossatures bois particulières, en troncs. « Le façonnage du bois occasionne des pertes de matériaux et une manufacture coûteuse, ce qui rend la construction bois moins compétitive. Le développement de la menuiserie et des ossatures en bois est clairement annonciateur de belles opportunités à venir pour Duchêne. »