Dans le cadre de cette série d’été "Immo low cost", La Libre est partie à la découverte des communes les plus abordables de Wallonie et de Bruxelles. Allant, parfois, de surprise en surprise. Car elles ne sont ni sombres, ni tristes, ni moches. Certaines sont même vertes – très vertes –, riantes, joliment surannées.

En immobilier, les professionnels évoquent davantage les prix fous que les prix bas. À moins, bien sûr, qu’il s’agisse de bonnes affaires à faire.

C’est pareil sur le plan médiatique où il est plus souvent question des communes les plus chères de leur région que des moins chères. Dans le premier lot, on a l’embarras du choix, d’une année à l’autre, entre Knokke-le-Zoute, Sint-Martens-Latem, Lasne, une des deux Woluwe, Uccle ou Ixelles. Des noms qui font un peu rêver. Ce qui est moins le cas de Seraing, Tubize, Quaregnon ou Molenbeek-Saint-Jean.

Le tarif des premières tient à leur localisation, à la qualité de leur bâti, à leur réputation…. (lire ci-dessous). Mais qu’en est-il des secondes ? Pourquoi donc occupent-elles le bas du classement ? Leur localisation ? Parfois, pas toujours. La qualité de leur bâti ? Souvent, mais pas seulement. Leur réputation ? Oui, aussi.

Ni sombres, ni tristes, ni moches

Pour Me Philippe Laurent, notaire à Beauraing, interrogé sur le cas de Hastière, la commune la moins chère de la province de Namur, mais également du pays, cela tient surtout au fait que les résultats des ventes encodés par les notaires et sur lesquels s’appuie l’office belge de statistique, “ne font pas de distinction entre les maisons deux façades, les villas quatre façades, les secondes résidences, les habitations de vacances, les… caravanes utilisées comme résidences permanentes. Hastière n’est pas du tout la commune la moins chère de la province, mais on manque de points de comparaison objectifs pour que cela transparaisse dans les statistiques.”

Il n’empêche, en regardant le parc immobilier des six communes les moins chères des provinces wallonnes et de Bruxelles, d’autres éléments impactant les prix surgissent. Au choix : difficulté d’accès, absence d’activités pourvoyeuses d’emplois, manque de commerces ou de services… Bref, une série permettant d’aborder différemment l’immobilier.

Au menu

  • Hastière (la commune la moins chère de la province de Namur)
  • Tellin (province de Luxembourg)


Quels sont les facteurs qui font monter ou descendre les prix ?