Immobilier

Chaque été, bon nombre de vacanciers optent pour les stations balnéaires. Mais, les plages sont bondées de monde, la chaleur insupportable, et il est particulièrement compliqué de trouver un coin tranquille pour se détendre. La montagne a donc la cote ! Voici quelques pistes utiles pour investir judicieusement.

Acheter à la montagne, c’est vous donner l’occasion de découvrir la nature autrement qu’en d’hiver. La neige laisse place à de vastes étendues, les pairies sont fleuries et les oiseaux chantent. Grand marcheur ou néophyte, c’est aussi l’occasion de partir en randonnées. Avec un peu de chance, vous apercevrez, au détour d’un sentier, des marmottes, voire même, des chamois. Peu importe la période de l'année d’ailleurs, vous êtes de plus en plus nombreux à apprécier la montagne, comme la faune et la flore qu'elle abrite. Et pour les férus de glisse, le ski peut aussi se pratiquer en été.

Ciblez votre investissement

Posséder un pied-à-terre à la montagne est séduisant, mais les attentes ont changé. La nouvelle génération d’acquéreurs recherche le bien-être, l’authenticité et l’offre diversifiée en termes d’activités. Au moment de porter votre choix sur une éventuelle acquisition, il est impératif de bien cibler votre investissement. Les petites stations ont beaucoup de charme, mais attention à investir prudemment. Les possibilités de revente et de location sont indissociables du projet d’achat. La localisation du bien est donc très importante. On privilégiera des résidences situées au moins à 1600 mètres et une station relativement prisée. La France, il est vrai, vient spontanément à l’esprit de l’acquéreur belge. Mais avec ses cantons où l’on parle le français, la Suisse romande et le Valais possède aussi leurs adeptes. En effet, si longtemps les prix des logements en propriété ont inexorablement suivi une tendance à la hausse, depuis 2017, le marché de l'immobilier helvète présente des indicateurs au vert : l’augmentation des prix a ralenti. Mieux, dans pratiquement toutes les régions, les prix les plus élevés sont en dessous de ceux pratiqués l'année précédente.

Le canton du Valais : une valeur sûre

Thyon-les-Collons est la station « coup de cœur » du Valais. Elle fait partie du Domaine des 4 Vallées, le plus grand domaine skiable de Suisse et le troisième en Europe. La station, située à une altitude comprise entre 1600 et 2000 mètres, est facilement accessible et il y fait bon vivre toute l’année. Mais, si le capital est plaisir, l’acquisition d’un chalet en Suisse répond à une autre attente légitime : il est une valeur sûre. Depuis la nuit des temps, la Suisse est, en effet, perçue comme un pays stable à de nombreux points de vue. Et sur le plan juridique, l’investissement immobilier y est également à l’abri des spéculations. Et l’on sait combien l’immobilier adore la sécurité et déteste l’incertitude.

Qui peut acheter en Suisse ?

Devenir propriétaire en Suisse est relativement simple par rapport à d’autres pays européens. Les ressortissants de l’Union européenne et de l’AELE habitant en Suisse (permis B ou C notamment) ont le droit d’acheter un appartement ou une maison, que ce soit pour une résidence principale ou pour une résidence secondaire dans le cadre de la Loi Fédérale sur l’Acquisition d’Immeubles par des Personnes à l’Étranger (LFAIE), dite « Lex Koller ». Elle stipule qu’on ne peut pas acheter un bien sur le territoire national, à moins d’être suisse ou en possession d’un permis de résident. Une exception de taille, toutefois : des « zones » ont été désignées par les autorités où l’achat d’une résidence de vacances est autorisé. Et toutes les stations de ski en font partie. Et cette rigueur offre une sécurité patrimoniale durable, quel que soit le contexte économique international.

Droits d’enregistrement et imposition

Vous êtes convaincu ? Voici donc venu le moment décisif, l’acquisition de votre pied-à-terre helvète ! Mais sera-t-il fait de mauvaises surprises ? Non. Clairement stipulés, les taux vous permettent de savoir exactement à quoi vous vous engagez. Les droits d’enregistrement sont prélevés sur la valeur de vente du bien et sont de l’ordre de 3 % dans le Valais.

Au niveau de l’imposition proprement dite sur le bien, vos impôts sont calculés sur base de la valeur fiscale du bien et sur base des revenus tirés de celui-ci. Les charges locatives (chauffage, électricité, assurance, etc.) et les charges d’emprunts, sont déductibles des revenus. Enfin, la Belgique et la Suisse ayant signé une convention préventive de double imposition, votre imposition suisse sera prise en considération pour vous éviter une double imposition en Belgique. Concernant les résidences secondaires se trouvant sur le territoire de l’Union Européenne, il est à noter que le contribuable peut opter pour la déclaration du revenu cadastral étranger et non celle de la valeur locative (Arrêt de la Cour de Justice des Communautés Européennes du 14 septembre 2014), ce qui peut s’avérer plus intéressant.

Possibilités d’optimisation de votre acquisition

Vous pouvez bien entendu bénéficier d’une optimisation au moment de l’achat, mais rien ne vous empêche de tendre aussi à une amélioration de votre situation fiscale après être devenu propriétaire de votre habitation en Suisse. Ainsi, la donation de votre bien à la génération suivante est exonérée dans la plupart des cantons ou soumise à un taux relativement faible (maximum 6% en ligne directe). Enfin, avantage non négligeable, le montage financier par l’utilisation d’un crédit depuis la Suisse (si vous désirez en faire un), vous permet d’emprunter sur une période de … 99 ans ! Une véritable cerise sur le gâteau.

Vous souhaitez être conseillé par un professionnel?

Cliquez sur ce lien : https://chaletenvalais.info/contact

Vous pouvez également prendre directement contact en formant le : +32 496 84 05 95 ou en envoyant un mail à : info@chaletenvalais.com