Pendant l'année qui a précédé le mois de mars, le prix des logements dans le monde a connu la plus forte hausse relevée depuis le quatrième trimestre de 2006, rapporte l'agence de presse financière Bloomberg, sur la base de l'indice mondial des prix des logements (Global House Price) de la société Knight Frank. Pendant la crise sanitaire, les prix ont augmenté de la Nouvelle-Zélande au Canada, de 7,3 % en moyenne. Pour la Belgique, la hausse a été de 5,7 %. En tête de liste figure la Turquie où les prix des logements ont bondi de 32 %. Suivent la Nouvelle-Zélande (+22,1 %), le Luxembourg (+16,6 %), la Slovaquie (+15,5 %) et les États-Unis (+13,2 %). Il s'agit de la plus forte hausse aux USA depuis décembre 2005. La Belgique occupe la 31e place dans le classement, avec une augmentation des prix de 5,7 %.

Les mesures massives de relance budgétaire et monétaire destinées à soutenir les économies pendant la pandémie ont entraîné un boom immobilier dans le monde entier. Toutefois, cette situation suscite également des inquiétudes quant aux bulles potentielles, et plusieurs pays ont déjà pris des mesures pour "refroidir" le marché.