Près de six Belges sur dix (59%) poursuivent désormais les travaux de rénovation prévus (contre 44% en mai) et seulement 10% disent les avoir annulés, illustre le rapport.

Le Covid-19 n'a visiblement pas entamé la confiance des Belges dans l'immobilier. "Pas moins de 52% des personnes interrogées pensent que les prix de l'immobilier vont augmenter d'ici un an. Seuls 11% d'entre eux craignent un déclin. L'effervescence qui règne actuellement sur le marché de l'immobilier en témoigne. Cela peut également expliquer - outre la diminution des vacances à l'étranger - le fait que les Belges reportent moins les travaux de rénovation", peut-on lire dans le rapport.

© Jean-Luc Flémal

L'incertitude financière incite, cependant, les Belges à davantage de prudence dans leur comportement de consommation: 44% des répondants déclarent ainsi vouloir augmenter leurs réserves d'épargne dans les prochains mois, sachant que les néerlandophones sont légèrement plus enclins (45%) que les francophones (41%) à vouloir garnir leur bas de laine. "Ce phénomène se manifeste généralement lorsque la conjoncture économique est mauvaise, car les néerlandophones travaillent en moyenne davantage que les francophones dans le secteur privé, qui est sensible à la conjoncture", pointe le Baromètre.

Notons encore que l'appréciation de la situation économique est devenue légèrement moins négative ces derniers mois, puisque 65% des investisseurs interrogés disent avoir perçu une dégradation de la situation économique, contre 71% en août.

Cette étude a été réalisée en septembre, "par conséquent les résultats ne sont pas impactés par les mesures prises par le Comité de concertation vendredi dernier", précise ING.