Pour la 3e édition de l’ouvrage “Architectures ! Inventaire collectif”, ses auteurs font appel au public pour sélectionner 45 projets à l’aide d’un dispositif itinérant.

La Fédération Wallonie-Bruxelles, via sa Cellule Architectures, publie tous les trois ans un livre au sein de sa collection “Architectures Wallonie-Bruxelles Inventaires”. Celui-ci dresse le portrait d’architectures contemporaines existantes en Wallonie et à Bruxelles, sélectionnées au préalable. La parution d’un troisième livre est prévue au printemps 2020, reprenant les 45 nouveaux projets sélectionnés pour la période 2016-2019. Une publication qui sera enrichie d’une exposition itinérante en Belgique et à l’international entre 2020 et 2022.

L’ouverture aux non-architectes

Comme pour chaque édition, une équipe de commissaires est désignée. Il s’agit, cette année, de Gilles Debrun (architecte et enseignant) et Pauline de La Boulaye (historienne et commissaire d’exposition). Pour cette troisième édition “Architectures ! Inventaire collectif”, ces derniers ont souhaité proposer un nouveau dispositif de sélection des projets. Plutôt que de confiner cette sélection dans les mains uniques de spécialistes, les deux commissaires ont souhaité sortir du carcan habituel “en élargissant la discussion à des non-architectes”. “On veut reconnecter ce livre au monde réel, aux personnes qui vivent dans ces villes, ces places…”, souligne Pauline de La Boulaye. Une mixité qui trouve écho à la mixité de fonction des deux commissaires : l’un est architecte, l’autre historienne.

L’activisme aussi, c’est de l’architecture

Cette mixité se retrouve également dans les critères de sélection des projets d’architecture. Outre les écoles ou l’habitat classique, “on va aussi considérer que l’activisme fait partie de l’architecture”, explique-t-elle. “On va élargir le champ que l’on considère comme étant de l’architecture car ces actions parlent des priorités de notre époque : transition écologique, cohabitation, occupation temporaire…”.

Et de prendre pour exemple le projet du collectif “Pool is cool” qui se bat pour réintroduire une piscine provisoire dans l’espace public en plein air à Bruxelles. Un autre collectif bruxellois (Toestand) soumet la réactivation (par l’usage) de bâtiments abandonnés ou oubliés, de terrains et d’espaces publics à l’aide de l’organisation de centres socio-culturels. Dans un contexte de crise migratoire et climatique, et d’augmentation de la population urbaine, “ils ont recensé tous les bâtiments inoccupés sur les dix-neuf communes bruxelloises pour en faire une carte et alerter les pouvoirs publics en vue de les valoriser. Ils se sont aperçus que le regroupement de tous les bâtiments abandonnés atteint finalement la même surface qu’une commune comme Ixelles. Ils en ont imaginé une vingtième commune baptisée Saint Vide.”

© © Mélanie Peduzzi

Un dispositif itinérant

Plus concrètement, “nous avons lancé un large appel à projets en février dernier, ouvert aux architectes mais aussi aux coconstructeurs, activistes, artistes…”, explique l’historienne. “Nous avons finalement reçu 392 projets desquels nous avons présélectionné 154 propositions”, à savoir 100 bâtiments et 54 actions. Les bâtiments ont été retenus selon cinq catégories différentes : logement unifamilial, logement collectif, lieux de travail (bureau, etc.), équipement collectif (musée, crèches…) et espace public (passerelle, etc.).

La sélection finale des bâtiments a été imaginée selon un principe de trois jurys itinérants non-architectes. En d’autres termes, “nous avons prévu un dispositif itinérant de trois campements dans trois villes et communes différentes”, précise Gilles Debrun. “Chaque campement comprend trois caravanes ajoutés de panneaux explicatifs”. “Notre volonté était d’aller sur le terrain contrairement aux précédentes éditions”, et ainsi permettre aux non-architectes “de visiter les lieux et provoquer un débat sur l’architecture avant de voter”. Une trentaine de lieux doivent ainsi être visités durant quatre jours.

Une dizaine de lieux ont déjà été visités et débattus à Tournai du 14 au 17 juin dernier. Le prochain campement est prévu à Liège du 27 au 30 septembre puis à Pont-à-Celles du 18 au 21 octobre prochains. Un dernier jury rassemblant des experts et des non-architectes se tiendra en novembre à Bruxelles pour la sélection des lieux qui n’auront pas été visités durant les campements.

Pour participer au jury : inscription gratuite mais obligatoire sur https://architectures2016-2019.com