Selon l'étude trimestrielle du conseil en immobilier CBRE, publiée ce vendredi, Paris, jusqu'alors deuxième du classement, est devenue, et cela pour la première fois, le choix numéro un des investisseurs dans l'immobilier en Europe et dans le monde. Londres passe en deuxième position, impactée par le Brexit et les incertitudes autour de cet épineux dossier. Suivent ensuite New York, Shanghai et Singapour.

Londres est donc rétrogradée en deuxième position. Et la raison est simple : les investisseurs (et pas qu'eux d'ailleurs) n'arrivent plus à suivre ce qu'il en est quant au Brexit.

Qu'il soit dur, doux, imminent ou lointain, il fait fuir les chasseurs de l'immobilier et les investisseurs en général.

Globalement, les volumes injectés au Royaume-Uni ont fondu de 29 % au troisième trimestre sur un an, et de 33 % depuis le début de l'année.

Une situation qui fait le bonheur de la capitale française qui ressuscite l'intérêt des investisseurs, surtout de la part du marché asiatique qui représente, à l'échelle française, plus de 17% des parts.

L'étude de CBRE rappelle toutefois que, de façon globale, le marché de l'immobilier européen n'a capté, sur les neuf mois de 2019, que 192 milliards d'euros d'investissements, soit un recul de 14 % par rapport à la même période de l'an passé. 

Le contexte socio-économique y est pour quelque chose, comme, là aussi, le Brexit.