ShortissIMMO | Petite visite guidée des nouvelles de l'immobilier. Au programme : Paris dépasse (toujours plus) les 10.000 euros le mètre carré, l'achèvement du projet immobilier des 1000 Arbres de Shanghai et une ville sans voiture.

> A Paris, plus de 10.000 euros le mètre carré

Le temps passe et les prix de l'immobilier progressent toujours dans la capitale française, tandis que le nombre de ventes reste stable. Le mètre carré est passé à 10.080 euros au troisième trimestre 2019, 10.300 euros prévus pour janvier 2020. Les prix ont augmenté de 6,1% sur douze mois et la hausse n’est pas finie puisque les Notaires du Grand Paris annoncent, dans leurs projections, une hausse de 7% pour le mois prochain.

Les arrondissements les plus chers sont ceux du centre historique de la capitale française. Les prix dans les sept premiers arrondissements varient de 11.250 euros le m2 dans le deuxième et jusqu’à 14.180 euros dans le sixième. Il faut passer le périphérique pour acheter deux fois moins cher 6.040 euros le m2 dans les Hauts de Seine, 3.640 euros en Seine-Saint-Denis et 4.670 euros dans le Val-de-Marne.

> A Shanghai, l’autre projet immobilier des 1000 Arbres est quasiment achevé

Le projet immobilier des 1000 Arbres de Shanghai du studio britannique Heatherwick est pratiquement terminé. Cet immense ensemble mixte de commerces, bureaux, restaurants, galeries d’art... doit ouvrir ses portes l’an prochain. L’ensemble de près de 300.000 m² a été conçu comme un paysage avec ses deux "montagnes" recouvertes de végétation. Au total, ce ne seront pas 1000 arbres mais bien 25.000 végétaux issus de 46 espèces qui couvriront les constructions.

© Heatherwick

> Aux Etats-Unis, bientôt une ville entière interdite aux voitures

Dans l’Arizona, un lotissement de 636 habitations va voir le jour. Il sera possible de s'y déplacer en bus, à vélo ou à pied, mais surtout pas en voiture. Aucun parking ne sera d'ailleurs construit dans les environs. C'est le promoteur immobilier Culdesac, qui est à l'origine du projet. Décrit comme "le premier promoteur américain post-automobile", Culdesac veut montrer une autre possibilité pour les villes "autrefois centrées sur les voitures". Le quartier devrait sortir de terre à l’autonome 2020. Les boutiques, les cafés et les espaces de coworking ne seront qu’à quelques pas des habitations. Le promoteur réfléchit aussi à mettre en place des navettes, des zones spéciales pour le covoiturage ainsi que des scooters et des vélos en libre-service.