ShortissIMMO | Petite visite guidée des nouvelles de l'immobilier. Au programme, un record battu, des villas de luxes et les chiffres des locataires aspirant à devenir propriétaire.

 

> Une architecte conçoit la plus haute tour dessinée par une femme

L'architecte Jeanne Gang est en passe de battre son propre record de la plus haute du monde dessinée par une femme. Avec sa tour Aqua de 262 mètres de haut à Chicago, Jeanne Gang s'était déjà imposée dans ce milieu très masculin. Son nouveau chantier, la tour Vista, sera l’un des points culminants de Chicago à 363 mètres cette fois, située non loin de la précédente.

Ce sera ainsi le troisième plus haut sommet de la ville derrière les tours Willis (443 m) et Trump (423 m).

> Sur la Côte d’Azur, les villas de luxe ont toujours du succès

La Côte d'Azur continue de séduire les investisseurs friands d'immobilier de luxe. Après les ventes records de la villa Les Cèdres à Saint-Jean-Cap-Ferrat (200 millions d’euros) et celle du Château Soligny à Cannes (autour de 50 millions d’euros), le groupe Michaël Zingraf Christie’s international real estate a fait connaitre que deux nouveaux achats dépassaient les 20 millions d’euros.

A Cannes, une "demeure de maître datant du début du 20e siècle et offrant un panorama à 180° sur la baie et le massif de l’Esterel" a été vendue "pour un montant compris entre 15 et 25 millions d’euros". Cette maison de 1200 m² habitables dispose d’atouts exceptionnels: un parc aménagé sur plus de 5000 m², un parking pour 10 voitures et une piscine intérieure complétant l’incontournable bassin extérieur.

Un homme d’affaires d’Europe du Nord a déboursé "entre 20 et 30 millions d’euros" pour une villa du domaine très huppé des "Parcs de Saint-Tropez". On y trouve notamment 13 chambres, une maison de gardien et une maison d’invités. Et pour en faciliter l’accès tout au long de l’année, la villa dispose de son héliport homologué et de son accès direct à la mer par un ponton privé.

> Un locataire sur trois souhaite devenir propriétaire

Entre autres données recueillies, les auteurs du dernier opus 2019 de l’Observatoire bruxellois des loyers se sont penchés sur la situation des locataires quittant leur logement pour devenir propriétaires. Ces derniers sont minoritaires dans les rangs des locataires bruxellois. Seuls 13 % d’entre eux ont l’intention de franchir le pas de l’acquisition endéans les trois ans et 16 % dans un horizon de trois à six ans. Ces candidats à la propriété sont largement (54 %) motivés par la perspective de ne plus payer de loyer à fonds perdus. Les autres, soit 71 % des sondés, n’envisagent pas du tout l’achat immobilier. Ils invoquent principalement l’insuffisance de revenus (52 %) et le prix trop élevé des logements (14 %).

D’après les chercheurs, quoique ces chiffres n’évoluent pas significativement depuis 2008, ils traduisent une augmentation du désir de propriété depuis 2016. "À cette époque, en effet, 79 % des locataires n’avaient pas l’intention de devenir propriétaires" à moyen ou long terme, expliquent-ils. "Par contre, en 2004, près de 40 % des locataires [en] émettaient le désir. Cette diminution est en accord avec la stagnation, voire la légère diminution, du taux de propriétaires occupants à Bruxelles entre 2001 et 2011."