L’homme d’affaires anversois Stéphane Verbeeck prendra la tête du secteur immobilier belge et qui représente les promoteurs et investisseurs immobiliers du pays. Celui qui fut notamment l'ancien président du VOKA succédera à Serge Fautré, actuellement CEO d’AG Real Estate.

Loin d’être un inconnu dans l'immobilier, Stéphane Verbeeck est considéré comme un poids lourd du secteur depuis son passage, il y a une dizaine d’années, comme CEO du promoteur Gands Group. Il a également lancé, récemment, la société immobilière REDET.

Le président fraîchement élu par le Conseil d'Administration de l'UPSI a tout de suite annoncé ces grandes priorités évoquant notamment sa volonté de voir “un traitement plus rapide des procédures de recours concernant les permis, une stimulation pour la rénovation urbaine de qualité et une concertation avec les acteurs privés pour la construction de logements sociaux locatifs”.

Un cahier de charges qui satisfait pleinement Olivier Carrette, Administrateur Délégué à l’UPSI qui s'est dit "très heureux de pouvoir compter sur Stéphane Verbeeck". L’UPSI a toujours essayé d’apporter du changement dans le secteur immobilier de façon positive. Nous y sommes toujours parvenus jusqu’à présent et nous continuerons à le faire à l’avenir. Le changement exige également une ambition saine, une connaissance profonde et un grand enthousiasme. Ce sont trois qualités que Stéphane Verbeeck possède”.

Depuis la formation des nouveaux gouvernements régionaux, l’UPSI a déjà rencontré à plusieurs reprises les ministres en charge des matières concernant l’immobilier. Pendant ces entretiens, les interlocuteurs se sont entendus et plusieurs thèmes importants ont été mis en avant, dans l’intérêt du secteur immobilier mais également du consommateur. La nouvelle Présidence de l’UPSI commence donc avec ambition.

Sur base de ce que nous lisons dans les notes de politique générale, nous nous montrons d’ores et déjà remplis d’espoir. Avec ces nouveaux gouvernements, il est temps de réussir la rénovation et la densification urbaine, et à cet effet, il faut notamment une meilleure politique de gestion des permis. Les gouvernements précédents en ont déjà parlé mais maintenant, il est grand temps d’agir”, a déclaré Stéphane Verbeeck ce jeudi après-midi, se disant près à entamer ce nouveau challenge.