À ce jour, ce taux réduit n’est autorisé que dans 32 centres urbains. L’accord prévoit d’élargir cette mesure à toute la Belgique et pour tous les acteurs. D’autant “qu’elle n’aura pas d’impact négatif sur le Trésor”, précise la Confédération. Notamment parce que cette baisse de la TVA “permettrait d’augmenter le nombre de logements reconstruits de 35 %” et que les pertes de recettes seront compensées par les revenus additionnels provenant des droits d’enregistrement et de l’impôt foncier. Un doute subsiste toutefois : ce taux réduit sera-t-il aussi accessible aux acquéreurs des logements construits après une démolition par des entrepreneurs ou promoteurs ?

Si la Confédération construction applaudit cette décision, elle aurait idéalement souhaité qu’une autre passe aussi : la diminution de la TVA sur une tranche de 60 000 euros pour une première habitation neuve ou pour un logement de petite taille.

Toujours dans le domaine immobilier, mais cette fois envisagé du côté des banques (coût d’un prêt ou d’un refinancement), l’accord évoque l’examen, “en concertation avec le secteur, des mesures visant à réduire le coût d’acquisition d’un bien immobilier ou à revoir à la baisse le financement d’un prêt au logement”.