Le chateau historique niché au coeur du célèbre Domaine Royal D'Argenteuil, aux portes de Bruxelles, se cherche un acquéreur. Le prix est "supérieur à 10 millions d'euros", indique l'agence d'immobilier de prestige Sotheby's. Petit tour du propriétaire.

Avec un accès à la cour d’honneur via une allée arborée, l'ensemble de la propriété affiche une superficoe d'environ 2.750 m² de superficie.

A l'intérieur de la bâtisse, son hall d’entrée de marbre relie plusieurs pièces de réception donnant toutes sur la terrasse et le jardin de la demeure.

Dans l'aile gauche se trouvent les cuisines, la salle à manger et la salle de petit déjeuner. L’aile droite quant à elle abrite de nombreux petits salons dont un salon de chasse lambrissé et le bureau de feu Léopold III de Belgique.

La demeure comprend également deux étages : le premier abritant une dizaine de chambres à coucher avec salles de bain attenantes, le second renfermant les pièces de séjour du personnel.

Le vaste domaine de 136 hectares entouré d'une enceinte, comprend des zones de prairies et des zones boisées, ainsi que trois étangs. S’y trouve également une chapelle nichée au creux d'un terrain vallonné, parcouru par une centaine de cerfs et de biches.

La propriété est entièrement construite sur fondations, elle comprend une cave à vins et quelques annexes telles que des écuries et garages, ainsi qu’un potager et une serre encerclant un patio avoisinant.

"Sont ici proposées à la vente des parts d’une société détenant la pleine propriété de l’immeuble décrit. Le prix pour les actions de la société est à déterminer sur la base des comptes de la société en tenant compte d’une valorisation de la propriété affichée", précise Sotheby's Belgium.

Le vendeur est l'excentrique homme d'affaires wallon Jean-Marie Delwart (80 ans), ancien directeur général de la holding cotée en bourse Floridienne et descendant d'Ernest Solvay. Il a acquis le domaine il y a 15 ans pour "à peine" 7,8 millions d'euros.

L'histoire du domaine, avec son illustre manoir souvent confondu avec le chateau d'Argenteuil, ne s'est pas toujours écrite sur un lit de roses. Il a longtemps été occupé par Léopold III et sa seconde épouse, Lilian Baels. À partir de 1960, ils ont vécu un "exil volontaire", propriété de l'État fédéral.

A la mort de Léopold III en 1983 et celle de la princesse Liliane en 2002, le gouvernement belge n'a pas exaucé le vœu des enfants de Léopold III d'ériger un mémorial en l'honneur de leur père.

Le gouvernement décida, en 2004, de mettre le domaine en vente publique. C'est Jean-Marie Delwart qui l'acquit et y organisa des réunions de sa fondation (Fondation Delwart), qui s'investit dans les recherches éthologiques.