Le Brabant flamand vous fait de l'oeil ? Mauvaise nouvelle : la suppression du bonus logement en Flandre peut vous faire perdre jusqu'à près de 30.000 €, malgré la baisse des droits d'enregistrement à un taux de 6%.

Le programme très à droite et très volontariste du nouveau gouvernement flamand cristallise l'attention autour de la suppression du caractère obligatoire du vote aux scrutins locaux (communal et provincial). Mais il est une autre mesure, active dès le 1er janvier 2020, qui risque de pas mal changer la donne du côté du portefeuille et du marché immobilier : la suppression du bonus logement en Flandre. Compensée (du moins, c'est ce que fait passer comme message le gouvernement Jambon) par la baisse des droits d'enregistrement de 7 à 6%, il s'agit d'une décision qui, en bout de course, représentera un très flagrant manque à gagner pour l'acquéreur d'un bien sur le territoire flamand... A Bruxelles, où le bonus logement n'est plus depuis 2017, force est de constater que la contrepartie offerte (jusqu'à 175.000 euros d'abattement sur les droits d'enregistrement) était plus conséquente.

On a sorti les calculettes.

Prenons le cas de figure d'une famille de deux adultes et trois enfants qui souhaite acquérir une habitation (propre et unique) à Wemmel, en périphérie bruxelloise.

Ils flashent sur une maison à 300.000 €.

Si en Wallonie et à Bruxelles les droits d'enregistrement, dus à l'acquisition de chaque bien immobilier, se chiffrent à respectivement 12,5% et 10%, en Flandre, la note est d'ores et déjà beaucoup moins salée : pour peu que notre famille fasse de cette nouvelle maison à 300.000 € le seul bien qui fait partie de son patrimoine, et qu'elle y réside de façon effective, elle est éligible aux droits d'enregistrement à un taux de 7%. Autrement dit, elle devra payer 21.000 € (7% de 300.000 €) de droits d'enregistrement sur ce bien, et ce jusqu'à fin 2019.

Ce n'est pas tout. Bien que la Flandre ait réduit l'enveloppe globale de son bonus logement il y a quelques années, le système est bel et bien d'application pour toute acquisition actée devant notaire jusqu'à la fin décembre. Le bonus logement ? Pour rappel, derrière ce doux nom se cache la déductibilité fiscale de vos crédits hypothécaires (et, éventuellement, de vos primes d'assurance-vie). Concrètement ? Chaque année, dans sa déclaration fiscale, notre couple pourra faire valoir une partie des sommes qu'il a engagées pour payer son crédit hypothécaire afin d'obtenir une réduction d'impôt. Et l'avantage n'est pas anodin... En Flandre, chaque emprunteur peut ainsi déduire 1.520 € lors de chaque exercice d'imposition. Ce n'est pas tout : Durant les 10 premières années du crédit, cette somme est majorée de 760 €. Et on peut encore y ajouter 80 € lorsqu'on est parents de trois enfants. Soit une enveloppe fiscale maximale de 2360 € par tête de pipe. Attention, ce ne sont pas 2.360 € qui vous sont remboursés, net : on va ôter, de ce que vous devez à l'état, 40% de 2.360 €. Soit 944 € maximum par emprunteur par an. Dans le cas de notre famille, où Madame et Monsieur sont co-emprunteurs à parts égales, on parle donc de 1.888 € de réduction d'impôt octroyée par an pendant 10 ans, soit 18.880 € d'avantage .

Quid au-delà de ces dix ans, si Madame et Monsieur ont souscrit à un prêt de 20 ans, par exemple ? Le bonus-logement, contrairement au chèque-habitat qui fait foi en Wallonie, n'a pas de date limite. Enfin, si : il est valable durant toute la durée de votre crédit immobilier. Au-delà des dix premières années où la ristourne est donc maximale, il faut ôter les 760 € de majoration et les 80 € de "prime de famille nombreuse", seulement valable durant les 10 premières années. Pour en revenir à notre famille qui veut s'installer à Wemmel, elle pourra encore obtenir 40% de réduction d'impôt sur 3.040 € d'enveloppe fiscale (à deux) entre les années 10 à 20 de son emprunt de 20 ans. Soit : 1.216 € d'avantage par an, ou 12.160 € d'avantage total .

Conclusion ? Le bonus logement permet à notre famille, si elle devient propriétaire de sa nouvelle maison à Wemmel le 30 décembre 2019, d'économiser 31.040 € en réduction d'impôts sur 20 ans. Si elle passe l'acte d'acquisition de son nouveau bien le 2 janvier, il payera certes 18.000 € de droits d'enregistrement (taux de 6%) au lieu de 21.000 € (régime à 7% actuel). Mais le bonus logement s'évaporerait totalement...Soit un avantage de 28.040 € sur l'ardoise fiscale dilapidé ! CQFD...

Jan Jambon, de son côté, défend la mesure. "Les experts s'accordent pour dire que le bonus logement a eu un effet pervers sur les prix des maisons. De plus, rien ne changera pour les personnes qui ont déjà une prime au logement. Nous ne toucherons pas à cela."

Il n'empêche, on prédit un sérieux pic d'activité du côté des études notariales avant le 1er janvier 2020...