Entreprise

AB InBev va désormais convertir en biocarburant une partie de l'alcool résiduel issu de ses bières non-alcoolisées, a annoncé dimanche le brasseur, qui souhaite ainsi poursuivre ses efforts vers plus de durabilité. "Jusqu'ici, l'alcool qui est extrait des bières après la fermentation, était simplement considéré comme un déchet résiduel", rappelle AB InBev dans un communiqué. Mais le brasseur, qui voit chaque semaine trois camions-citernes remplis au total de 75.000 litres d'alcool résiduel quitter son site de Louvain, souhaitait trouver "une application plus écologique et plus ambitieuse".

AB InBev a dès lors conclu un accord avec Alcogroup, un fabricant belge de combustibles biologiques, qui rachètera chaque semaine de l'alcool résiduel au géant brassicole. "Dès maintenant jusqu'en juin, un projet courra où Alcogroup convertira un volume total d'un million de litres d'alcool résiduel en biocarburant", poursuit le brasseur. Cent litres d'alcool résiduel permettent de produire 18 litres de biocombustible.

Le biocarburant n'est pas le seul débouché possible puisque en Australie, AB InBev produit déjà du vinaigre de haute qualité à base d'alcool résiduel.