Entreprise La compagnie aérienne italienne est au bord de la faillite. Seul espoir : un prêt relais de 400 millions d’euros avant de trouver un éventuel repreneur.

La compagnie aérienne Alitalia, en grandes difficultés, a perdu son meilleur client, à savoir le Pape, indique Kerknet dimanche. Les papes ont pris l’habitude depuis Jean-Paul II de se rendre en visite à l’étranger à bord d’un avion de la compagnie italienne et de revenir à Rome à bord d’un appareil du pays hôte, poursuit Kerknet.

Mais ce privilège est désormais remis en question en raison de la situation financière et sociale dans laquelle se trouve la compagnie italienne. Le récent voyage du Pape en Egypte et celui prévu à Fatima au Portugal les 12 et 13 mai sont sans doute les derniers que le chef de l’Eglise catholique effectuera avec Alitalia. Le Vatican est donc à la recherche d’une alternative pour les voyages suivants afin d’éviter que l’annulation d’un vol ne vienne perturber le planning millimétré des déplacements pontificaux.

Pour rappel, Rome cherche à obtenir l’accord de l’Union européenne pour accorder à Alitalia un prêt relais de 400 millions d’euros le temps de trouver un repreneur à la compagnie aérienne qui accumule les pertes. Le gouvernement a exclu toute participation de l’Etat à une recapitalisation et un rachat d’Alitalia ne semble pas intéresser les compagnies aériennes concurrentes. On estime que les gouvernements italiens successifs ont injecté sept milliards d’euros dans Alitalia ces dernières années. Le dernier sauvetage en date remonte à 2014 et a abouti à faire d’Etihad Airways le premier actionnaire d’Alitalia avec une participation de 49 %.R.Meu. (avec AFP)