Entreprise

Le ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg, a déclaré mardi à l'issue d'une réunion avec les organisations syndicales sur le dossier Alstom que le gouvernement prendrait "les moyens nécessaires pour défendre les intérêts de l'Etat".

"J'ai réuni les cinq centrales représentatives de manière à les tenir informées (...) des détails de cette opération masquée, réalisée à l'insu du conseil d'administration d'Alstom et du gouvernement", a affirmé le ministre devant la presse à la sortie de la réunion avec les responsables des fédérations de la métallurgie CFE-CGC, CFDT, CGT, FO et CFTC.

"Je donne instruction au conseil d'administration d'assurer l'égalité stricte entre l'offre de General Electric et de Siemens. Le gouvernement prendra les moyens nécessaires pour défendre les intérêts de l'Etat", a-t-il assuré.

Un conseil d'administration décisif doit se tenir en fin de journée chez Alstom, dont les activités énergétiques sont convoitées par l'américain General Electric et l'allemand Siemens.

Arnaud Montebourg avait déjà indiqué lundi refuser la vente précipitée de l'essentiel des activités "d'un fleuron national dans le dos de ses salariés, dans le dos du gouvernement".

Les PDG des deux groupes intéressés, ainsi que le PDG de Bouygues, Martin Bouygues, actionnaire de référence d'Alstom avec 29,4%, ont été reçus lundi par le président de la République, François Hollande, en compagnie de M. Montebourg, afin d'évoquer le dossier.