Entreprise C’est l’autre festival des Ardentes, celui qui voit converger musique et nouvelles technologies. Coup d’œil en coulisses. Coulisses Pierre-François Lovens

Mardi 4 juillet. Nous sommes à J - 2 du coup d’envoi de la 11e édition des Ardentes. Dans une aile rénovée mitoyenne du siège de Meusinvest, place Saint-Etienne à Liège, des administrateurs de LeanSquare - le fonds d’investissement créé par l’invest liégeois pour soutenir les start-up de la "nouvelle économie" numérique - ont pris place dans un petit amphithéâtre pour une séance de "pitching". Il y a là Gaëtan Servais (directeur général de Meusinvest et cofondateur des Ardentes), José Zurstrassen (entrepreneur et président de LeanSquare) ou encore Damien Lourtie (représentant du fonds numérique Wing et de la SRIW). Mais aussi tout un panel de coachs.

Il y a surtout une joyeuse bande d’entrepreneurs en devenir. Des "startuppeurs". Regroupés au sein de neuf projets (1), ils viennent des quatre coins de la planète : Brésil, Australie, Espagne, Israël, Autriche… Il y a aussi trois équipes belges. Ils ont tous été sélectionnés pour participer au programme d’accélération de la première édition du "Wallifornia MusicTech" (2). "Vous avez quatre minutes pour présenter votre projet !" , lance Gérôme Vanherf, président de Gotoro, l’ASBL qui a donné naissance à ce projet destiné à faire se rencontrer l’industrie musicale, des investisseurs et des porteurs de projets innovants dans le domaine des nouvelles technologies appliquées au secteur de la musique. On parle de "MusicTech", comme il existe les FinTech ou les FoodTech.

(...)