Entreprise

La RTBF mène à tout, même à une carrière dans le secteur privé. Les cas sont assez rares. Alors quand Thierry De Bock, 44 ans (dont dix-neuf passés au boulevard Reyers comme journaliste, présentateur et rédacteur en chef au JT), a annoncé en février dernier la création de Bezoom.tv, l'événement ne passa pas inaperçu. En deux mois de temps, tout avait été ficelé avec son ami Fabrice Wuyts, patron de Proximedia, société cotée sur Euronext Bruxelles.

Moins de deux mois plus tard, Thierry De Bock fait un premier état des lieux de sa nouvelle vie. Et à l'évidence, elle a démarré sur les chapeaux de roues. "Nous envisageons d'être rentables pour la fin de l'été. Peut-être même un peu plus tôt...", assure-t-il. Bénéficiant d'un confortable congé sans solde de six ans à la RTBF, Thierry De Bock n'envisage pas faire marche arrière. "Retourner à la RTBF serait un échec !"

Flash-back. Dans un premier temps, M. De Bock avait envisagé de créer une émission mensuelle sur le golf - sa passion - pour le compte de la chaîne à péage Be tv. Mais faute de pouvoir être diffusée également en Flandre, le projet fut abandonné. "Suite à un contact avec le groupe de presse Concentra, l'idée de me lancer dans la Web TV a surgi. J'en ai parlé à Fabrice Wuyts, qui y a vu une belle opportunité d'étendre les activités de Proximedia", raconte Thierry De Bock.

Le concept ? Offrir aux (très) petites et moyennes entreprises trois services mêlant audiovisuel et Internet : le vidéo-mail, le vidéo-web pour entreprises et la Web TV. "L'originalité de Bezoom, explique M. De Bock, n'est pas de combiner Net et vidéo, mais de pouvoir offrir des solutions compétitives et intégrées, allant de la conception à la diffusion, en passant par la production. Cette intégration, peu présente en Belgique, permet à Bezoom d'être très réactive aux demandes des clients."

Pourparlers multiples

Bezoom, dont Thierry De Bock est actionnaire à concurrence de 29 pc, a l'énorme avantage de pouvoir bénéficier des moyens financiers et humains de Proximedia (15 millions d'euros de chiffre d'affaires et 170 employés) et de sa filiale Online Internet, qui assure la gestion des flux de données à haut-débit pour plusieurs milliers de clients. "Avec mon parachute à la RTBF et l'apport de Proximedia, je ne cours pas trop de risques !", ironise M. De Bock. Mais l'intention est bien de grandir rapidement. Bezoom emploiera déjà douze personnes (monteur, cameraman, journaliste, commerciaux, etc.) d'ici la fin de la semaine prochaine.

L'objectif est de créer une dizaine de Web TV et de mettre en ligne quelque 250 vidéos d'entreprise ("core business" de Bezoom) pour la fin de 2007. "Et il s'agit là d'un business plan prudent", précise Thierry De Bock.

A ce jour, Bezoom a créé des Web TV pour le compte du FC Brussels et d'Ecolo et mis en ligne une douzaine de vidéos "corporate". L'arrivée médiatisée de Bezoom a, semble-t-il, suscité pas mal d'intérêt. "Nous sommes en pourparlers avancés avec plusieurs villes belges pour créer des Web TV. Nous avons un contrat avec un club de golf. Des contacts sont aussi en cours avec plusieurs sociétés, dont une banque d'affaires belge, et des fédérations sportives", indique Thierry De Bock. Les identités de ces futurs clients ne devraient pas tarder à sortir...