Entreprise

Ce qui se pressentait est devenu officiel : Ryanair va opérer une liaison aérienne pour la première fois vers Brussels Airport, explique un communiqué de presse de la compagnie à bas coûts irlandaise.

Plus de détails seront donnés ce mercredi : le patron de Ryanair, Michael O'Leary, donnera une conférence de presse à Bruxelles lors de laquelle "de grandes nouvelles" pour la Belgique seront annoncées. Concrètement, Ryanair volera quotidiennement vers Zaventem depuis Rome Fiumicino. D'autres vols pourraient être annoncés, comme Barcelone.

Du côté de l'aéroport de Charleroi, on parle d'une annonce qui aura un "effet choc" pour la Belgique, sans vouloir s'avancer plus sur le sujet.

Le porte-parole de Brussesl Airport a lui affirmé à nos collègues du "Standaard" que la compagnie irlandaise est la "bienvenue" à Zaventem.

En fait, cette annonce semble assez logique, vu le nouveau repositionnement de Ryanair qui, dans la lignée de ce que fait sa concurrente easyJet, veut désormais davantage miser sur les très rentables vols d'affaires. Et donc sur des vols vers des aéroports plus proches des grandes villes européennes. Ryanair ne devrait pas délaisser Charleroi pour autant, mais plutôt jouer sur les deux tableaux.

L'aéroport de Charleroi "serein"

L'aéroport de Charleroi s'est dit serein à la suite de la plainte déposée par Brussels airport company (BAC) auprès de la Commission européenne. "Nous n'avons même pas encore bouclé les dossiers de financements, il n'y a rien de signé, c'est juste un énième acharnement de BAC", explique David Gering, le porte-parole de l'aéroport de Charleroi, mardi à l'agence Belga. "Cette plainte n'a donc pas lieu d'être et nous allons collaborer avec la Commission européenne pour éclaircir le terrain". BAC soupçonne des aides d'État dans le financement des nouveaux investissements (78 millions d'euros) à l'aéroport de Charleroi (BSAC). Soutenant que l'option la plus probable pour BSCA est un prêt de la Société wallonne des aéroports (Sowaer), il estime que celle-ci ferait profiter le site carolo des avantages de prêts à taux préférentiel dont elle jouit sur le marché grâce à la garantie de la Région wallonne, ce qui constitue une aide d'État illégale.

Du côté de BSAC on estime que cette plainte n'a pas lieu d'être. Même son de cloche du côté de la Sowaer. "A ma connaissance, le projet d'extension est toujours en phase d'étude", explique le directeur général de la Sowaer, Alain Belot. "Nous n'avons pas été sollicité pour un quelconque financement. J'ai tendance à penser que si cette plainte devait exister, elle est beaucoup trop prématurée."

Alain Belot dément aussi le fait que la Sowaer ait sollicité la garantie de la Région wallonne.

André Antoine veut rencontrer Michael O'Leary

Le ministre wallon en charge de la politique aéroportuaire André Antoine a dit mardi soir vouloir rencontrer le patron de Ryanair Michael O'Leary, dont la compagnie a annoncé son intention de voler vers Brussels Airport alors qu'elle est actuellement implantée à Charleroi Bruxelles Sud (Gosselies). "Cette arrivée relève du choix d'une stratégie commerciale de Ryanair. C'est la conséquence du caractère débridé de la stratégie de Zaventem", a critiqué le ministre cdH dans un communiqué.

André Antoine relève que l'aéroport national a pour créneau les vols commerciaux classiques et longs courriers alors que celui de Charleroi a développé sa stratégie sur le low cost avec des destinations de courtes distances (point à point).

Il souhaite conforter auprès de Michaël O'Leary la présence de Ryanair à Charleroi. Le ministre wallon dit en outre regretter "l'attitude déloyale" de Brussels Airport Compagny, "qui attaque à intervalles réguliers l'aéroport de Charleroi".

Il déplore à cet égard le dépôt d'une nouvelle plainte de Brussels Airport Compagny auprès de l'Europe à propos d'une prétendue aide d'Etat et annonce qu'il étudiera en conséquence les conditions d'aménagement des infrastructures de Zaventem.

Brussels Airport a pour sa part indiqué avoir pris connaissance avec "beaucoup d'étonnement" l'annonce par la compagnie de vols en provenance de Rome vers Bruxelles. "Brussels Airport ne peut que désapprouver les manœuvres de Ryanair dont la présence à Brussels Airport ne cadre pas avec la stratégie de développement de l'aéroport", selon un communiqué de l'aéroport national.

Celui-ci rappelle toutefois qu'il n'est cependant pas en mesure de refuser l'accès à ses pistes à une compagnie aérienne européenne.

Brussels Airport et Ryanair jamais été en contact pour des vols depuis Bruxelles

"C'est avec beaucoup d'étonnement que Brussels Airport a pris connaissance via la presse de l'information faisant état d'éventuels vols depuis Rome vers Bruxelles opérés par la compagnie aérienne Ryanair. Brussels Airport Company et Ryanair n'ont jamais été en contact à ce sujet et cette décision de la compagnie low-cost n'a fait l'objet d'aucune négociation avec l'aéroport", souligne mardi Brussels Airport dans un communiqué. "Brussels Airport ne peut que désapprouver les manœuvres de Ryanair dont la présence à Brussels Airport ne cadre pas avec la stratégie de développement de l'aéroport", ajoute encore l'aéroport national.

Ryanair a annoncé mardi l'établissement d'une ligne entre Rome Fiumicino et Brussels Airport.

"L'aéroport de Bruxelles n'est cependant pas en mesure de refuser l'accès à ses pistes à une compagnie aérienne européenne. En effet, la législation européenne en la matière autorise toute compagnie aérienne européenne à voler depuis/vers des aéroports européens de leur choix pour autant qu'elles obtiennent les créneaux horaires nécessaires et qu'elles payent les tarifs et redevances prévus par les aéroports. Pour Brussels Airport Company, ces tarifs et redevances sont publiés sur son site web", ajoute encore Brussels Airport.

Le patron de Ryanair donne une conférence de presse mercredi à Bruxelles.