Entreprise

Cela fait des mois que l’information s’est répandue dans le marché, quoique démentie par le principal intéressé, qui hésitait encore jusqu’il y a peu sur l’avenir de son portefeuille. Il est désormais scellé : CBC Banque&Assurance, branche francophone du groupe flamand KBC, met en vente ses deux immeubles administratifs bruxellois, dont le plus célèbre n’est autre qu’un complexe ayant pignon sur… Grand-Place. Derrière la magnifique façade de l’entrée principale (dont le chantier de rénovation, aux frais de la Ville, s’est achevé cet été) se cachent, en effet, pas moins de 8 000 m² de bureaux s’étendant jusqu’à la rue du Midi. Le second immeuble est lui aussi emblématique : le Treurenberg (3 140 m²), sis derrière la cathédrale Saint-Michel.

Confiée en mandat co-exclusif aux courtiers CBRE et Knight Frank, la vente des deux ensembles est motivée par la volonté du bancassureur de répartir distinctement ses activités sur les trois Régions du pays, recentrant CBC sur le territoire de la seule Wallonie (celui de la capitale étant couvert par KBC Brussels). A cet effet, le groupe flamand est occupé à construire le nouveau siège de CBC à Namur, le déménagement des 350 collaborateurs ‘bruxellois’ étant estimé au cours du 1er semestre 2018.

Réaffectation

Lancée en septembre, la commercialisation des deux immeubles de la capitale bat son plein. "Nous sommes dans les visites", confie-t-on chez CBRE. Les intéressés sont tant belges qu’étrangers, mais le conseiller s’interdit de donner plus de détails sur leur nombre. Pas plus que sur le prix de vente exigé. Et ce, d’autant que, pour le complexe de la Grand-Place, plusieurs pistes de redéveloppement ont d’ores et déjà été identifiées, échelles de valeurs diverses à la clé. "Les bureaux pourraient y être réaffectés en logements, en hôtel(s) ou en apparts-hôtel", acquiesce CBRE. Or, le rendement locatif de l’immobilier de bureau est autrement plus alléchant que celui du résidentiel, voire, dans une moindre mesure, de l’hôtellerie.