Entreprise

Deux avions quasi neufs qui s’écrasent en même pas cinq mois, c’est inacceptable, pour les proches des 346 victimes d’abord, mais aussi pour toute la communauté aéronautique. Et surtout les pilotes, premiers concernés et généralement très bien au courant de ce qui s’est passé. Et si, jusqu’à présent, il y avait un consensus pour disculper les pilotes dans les deux accidents, certains ont un avis plus mitigé. Dans le cas d’Ethiopian Airlines, et contrairement à ce qui a été indiqué par les autorités locales le 4 avril dernier, "ils n’ont clairement pas suivi les procédures de Boeing, d’après les données publiées dans le rapport", nous dit un pilote instructeur sur Boeing 737 Max.