Entreprise

Les chiffres des pertes de clients chez Electrabel (dont la part de marché est tombée au-dessous des 50 % en Flandre) en sont une preuve suffisante : ils sont de plus en plus nombreux à changer de fournisseur de gaz et d’électricité. Le gouvernement Di Rupo y est pour beaucoup. En mars dernier, il a annoncé une série de mesures qui visaient à améliorer le fonctionnement du marché de la fourniture. Parmi celles-ci, il y avait la suppression de l’indemnité (75 euros par contrat) en cas de résiliation anticipée, en prévoyant un délai de préavis. Mais il y avait surtout le gel des prix variables d’énergie du 1er avril au 31 décembre. Ce gel, fortement contesté au départ par l’ensemble du secteur, a eu comme effet inattendu de relancer la concurrence et de réveiller les clients dormants. Certains "outsiders" ont en effet profité de la polémique lancée par la hausse des prix qu’Electrabel et Luminus avaient programmée juste avant le gel, pour baisser leurs tarifs. Ce qui a obligé les deux principaux fournisseurs à faire volte-face et même à lancer une opération de charme vis-à-vis du consommateur en supprimant par exemple d’office les indemnités de sortie. En décembre, ils sont repartis à l’attaque en annonçant des baisses de prix pour 2013. Ils ont aussi été contraints d’appliquer ces baisses aux clients dits par défaut dont ils avaient hérité au moment de la libéralisation (en 2007 à Bruxelles et en Wallonie).

En clair, le consommateur qui a aussi été sensibilisé par la campagne du gouvernement "osez comparer" n’a vraiment plus aucune raison de ne pas changer de fournisseur s’il le juge opportun. Même s’il a intérêt à patienter un peu (lire ci-dessous).

Pour choisir la meilleure offre qui le concerne, il a tout intérêt à d’abord faire une simulation sur base de sa consommation annuelle sur les sites des régulateurs régionaux (Brugel à Bruxelles, Cwape en Wallonie et Vreg en Flandre). Ces sites expliquent aussi tout ce qu’il faut faire pour changer de fournisseur. Le délai pour un changement de fournisseur est de minimum un mois. Les formalités sont réduites au maximum. Pour le relevé de compteur, le nouveau fournisseur s’en charge.

Autre possibilité : faire appel à un groupement d’achats. Ce dernier présente l’avantage de s’occuper de tout pour le consommateur et logiquement d’offrir des prix compétitifs même s’il y a sans doute moyen d’avoir son énergie moins chère en faisant les démarches soi-même. Le groupement d’achat lancé récemment par Test-Achats a connu un vif succès.