Entreprise

L'agence suédoise pour l'emploi a annoncé ce mercredi la suppression d'un poste sur trois et la fermeture de dizaines d'antennes à travers le pays dans le cadre de la privatisation programmée des services d'aide à l'emploi. Pas moins de 4.500 agents sur 13.500, répartis dans 242 agences physiques, se verront notifier leur licenciement à l'issue de consultations avec les organisations syndicales, a indiqué l'agence dans un communiqué.

Ce service public a vu sa dotation de fonctionnement amputée de 800 millions de couronnes (77 millions d'euros) pour l'exercice 2019, et le financement de programmes d'aide à l'emploi (conseil, formation, etc) réduit de 4,5 milliards (430 millions d'euros).

La privatisation des services de l'aide à l'emploi a été actée par un accord signé début janvier entre les sociaux-démocrates, les Verts et deux partis de centre-droit.

Cet accord a permis la reconduction du gouvernement minoritaire de centre-gauche de Stefan Löfven, avec le soutien au Parlement du Centre et des libéraux qui l'ont conditionné notamment à plusieurs réformes de dérégulation (loyers, droit du travail).

La mission d'aide à la recherche d'emploi va ainsi être confiée à des acteurs privés, tandis que l'agence pour l'emploi se concentrera sur le "contrôle des chômeurs" et l'évaluation des entreprises de placement.

Chômage à 6%

En baisse régulière, le taux de chômage en Suède tourne actuellement autour des 6%, son niveau le plus bas depuis la crise financière de 2008. Le marché du travail est dynamique et le taux d'activité l'un des plus élevés de l'OCDE.

Mais certains secteurs productifs sont en situation de pénurie, et une partie de la population active peine à accéder à l'emploi.

Le chômage des jeunes atteint 14% et celui des personnes nées à l'étranger, à 21%, est cinq fois plus élevé que celui des personnes nées en Suède.