Entreprise

Tout indique qu'Evelyne Lentzen, pourtant candidate à sa propre succession, ne rempilera pas pour un troisième mandat de cinq ans à la tête du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) de la Communauté française. L'information, qui circulait depuis un bon bout de temps, nous a été confirmée hier à plusieurs sources.

La décision finale dépend d'un arrêté du gouvernement de la Communauté française. Elle sera prise d'ici la fin du mois d'octobre et portera tant sur la présidence que sur les trois postes de vice-président de l'organe de régulation. Hier, au cabinet de la ministre de l'Audiovisuel, on déclarait qu'"aucun scénario n'avait encore été arrêté". La question du départ d'Evelyne Lentzen semble pourtant déjà tranchée, nous a-t-on assuré à d'autres sources politiques et médiatiques, la question étant désormais de lui trouver "une porte de sortie honorable" !

Celle qui vient de fêter le dixième anniversaire du CSA n'ignorait plus que sa tête était mise à prix par certains responsables politiques socialistes et plusieurs opérateurs de notre paysage audiovisuel. "Pourtant étiquetée PS, ils lui reprochent de jouer cavalier seul et d'être trop indépendante du pouvoir politique, ce qui irrite le boulevard de l'Empereur (NdlR : siège du PS) . Quant à la RTBF et RTL-TVI, elles lui vouent une haine corse", dit un observateur.

Evelyne Lentzen, ancienne rédactrice en chef du "Courrier hebdomadaire" du Crisp, a oeuvré depuis 1997 à bâtir un CSA compétent et indépendant. Tout en jouant la carte de la co-régulation avec les opérateurs audiovisuels, elle n'a jamais hésité à les mettre devant leurs responsabilités et, le cas échéant, à les sanctionner.

Le nom de son successeur circule déjà : Marc Janssen. Ce journaliste de formation et docteur en sciences politiques de l'université de Los Angeles, âgé de 35 ans, s'est d'abord fait connaître comme porte-parole d'Elio Di Rupo (au cabinet fédéral des Télécoms, ensuite au PS). Il est aujourd'hui administrateur de la RTBF et conseiller en stratégie à l'IEV, le bureau d'études du Parti socialiste. Contacté hier soir, Marc Janssen n'a pas souhaité réagir à notre information.