Entreprise

Généraliser la comptabilité des heures de travail prestées, non plus par semaine mais sur une base annuelle : c’est l’un des volets de la réforme structurelle du travail orchestrée par le ministre de l’Emploi, Kris Peeters (CD&V). Cette amélioration de la flexibilité compte deux volets.

Le premier, à effet direct. "Cela signifie que dès que la loi sera votée, le cadre légal permettra aux entreprises de l’appliquer sans autre concertation nécessaire", souligne Bart Buysse, le patron de la FEB. Un projet de loi devrait être déposé au conseil des ministres avant les vacances qui prévoit donc, pour un patron, la possibilité de gonfler l’horaire de son personnel jusqu’à 9h par jour et 45 heures par semaine (des heures qui lui permettront de prendre "congé" à un autre moment de l’année)."Aujourd’hui, des dérogations sont déjà possibles pour le faire, poursuit le même, mais il faut négocier avec toute une série d’interlocuteurs." Une fois la loi adoptée, les entreprises pourront appliquer la nouvelle formule directement .

(...)