Entreprise

Le secteur de la grande distribution est en perpétuelle mutation. Et si certains acteurs externes commencent à en pousser les portes pour y installer des corner shops (comme Orange ou Sushi Daily chez Carrefour), c’est une petite révolution que s’apprêtent à lancer Colruyt et Newpharma.

En effet, si l’on trouve aujourd’hui de nombreux produits de parapharmacie dans les supermarchés, y voir débarquer un pharmacien autorisé à vous délivrer des médicaments sur prescription est une grande première.

Newpharma s’est rapidement fait un nom sur la toile, devenant un acteur de poids dans le secteur de la parapharmacie. Pour accélérer sa croissance, l’enseigne envisage désormais de développer des magasins physiques... dans, ou à côté des supermarchés Colruyt. L’objectif est clair. Via ces points de vente, Newpharma pourrait vendre des médicaments sur prescriptions et ainsi augmenter plus rapidement son chiffre d’affaires.

Si une collaboration étroite est envisagée avec Colruyt, ce n’est pas par hasard. Depuis fin 2017, une majorité des parts de Newpharma a été acquise par Korys, qui n’est autre que le fonds d’investissements de la famille Colruyt.

La pharmacie en ligne existe depuis 10 ans, emploie plus de 200 personnes et a vu son chiffre d’affaires augmenter de 30% en 2018, pour atteindre les 82 millions d’euros. Newpharma est également active en France et en Suisse. Mais pour accélérer encore sa croissance, le développement passe désormais par l’ouverture de magasins physiques.

“Nous ne savons pas encore s’il s’agira de magasins physiques installés à côté des Colruyt ou de corners dans les supermarchés, mais nous croyons que nous avons un rôle à jouer offline”, confiait le co-fondateur Mike Vandenhoofdt à nos confrères de Trends-Tendances.

Dans un premier temps, il souhaite ainsi ouvrir quelques magasins en phase de test. Le potentiel est là: une pharmacie moyenne réalise généralement un chiffre d’affaires d’un million d’euros lorsqu’elle vend des médicaments sur ordonnance - qui ne peuvent pas être vendus en ligne en Belgique. Un réseau de magasins physiques dans des endroits très fréquentés générerait donc beaucoup de revenus supplémentaires. Selon la société, le succès de Medi-Market indique qu’un rôle important reste réservé aux points de vente hors ligne. À terme, les magasins physiques pourraient même représenter la moitié des ventes de Newpharma en Belgique.