Entreprise

Jeremy Rifkin est un homme affable et aimable. Il s’énerve toutefois (un peu) quand on lui explique que la Belgique va faire face à un potentiel black-out électrique en raison de la mise à l’arrêt de trois réacteurs nucléaires. "Si l’économie belge souffre d’un manque d’énergie et de prix élevés, c’est parce qu’elle n’a pas fait le choix, comme l’Allemagne ou le Danemark, d’une vraie transition vers les énergies renouvelables. En Allemagne, 27 % de l’électricité produite est verte, et Angela Merkel vise les 35 % à court terme. En Belgique, vous devez vraiment vous y mettre." D’après M. Rifkin, les coûts fixes de production de l’énergie solaire ou éolienne vont connaître une chute libre. "Et la source d’énergie est gratuite. En Allemagne, des milliers de personnes produisent leur énergie pour un coût marginal proche de zéro."

La Belgique devrait être "à la pointe"

Reste le problème du stockage de ces énergies, par nature intermittentes. "S i des gens disent ici que le renouvelable n’est pas la solution car il est intermittent, ils se trompent. Il existe des techniques de stockage - par le biais de l’hydrogène notamment - qui permettent d’emmagasiner ce type d’énergie. Plusieurs pays sont en train d’investir massivement là-dedans." Idem pour le transport. "En Chine, les autorités ont annoncé un plan de quatre ans d’une valeur de 82 milliards de dollars afin de mettre en place un Internet de l’énergie. Le but est que des millions de Chinois produisent leur propre électricité, via le soleil et le vent, et la mettre sur le marché."

Bref, d’après M. Rifkin, la Belgique, comme les Etats-Unis - "qui ont fait un retour en arrière en misant sur des énergies fossiles" - n’est pas le pays le mieux préparé à cette 3e révolution industrielle. "Si vous continuez à vous approvisionner avec le nucléaire et des énergies fossiles, vous continuerez à dégrader votre économie, vos coûts d’énergie, de transport et de logistique augmenteront." Selon lui, la Belgique doit "bouger". "J’aimerais beaucoup travailler avec votre pays, l’un des premiers à avoir connu les grandes révolutions industrielles et qui devrait être à la pointe de ces changements. Vous avez beaucoup d’entreprises de classe mondiale…"

Concrétiser l’engagement en faveur du durable

L’économiste a ainsi déjà rencontré les dirigeants des Régions wallonne et flamande. "J’avais été impressionné par leur engagement en faveur du durable, ils doivent maintenant faire le pas décisif : lancer un véritable "master plan" comme ils l’ont fait au Nord-Pas-de-Calais." Mais M. Rifkin se dit assez "frustré" de ne pas voir eu de retour à ses propositions côté belge. "Vous devez passer les frontières et vous relier à ce projet gigantesque qu’est en train de réaliser le Nord de la France. S’ils sont capables d’être prêts pour cette troisième révolution, pourquoi la Belgique ne le serait-elle pas ?"

La suite de l'entretien à découvrir dans la Sélection LaLibre.be (seulement 4.83€ par mois)