Entreprise

Le Parlement européen se prononcera en septembre sur une série de mesures destinées à encadrer la production d'agrocarburants afin de limiter leur impact négatif sur les productions alimentaires.

Les mesures ont été approuvées jeudi par 43 voix contre 26 et une abstention lors d'un vote de la Commission Environnement du Parlement européen. Elles constituent un compromis avec les positions défendues par la Commission Industrie, a précisé l'eurodéputée française Corine Lepage, qui défend ces propositions.

Elles plafonnent à 5,5% la part des agrocarburants dits de "première génération", c'est-à-dire produits à base de cultures alimentaires (blé, maïs, betteraves, colza) utilisables dans les transports d'ici à 2020, et fixent un objectif de 2% pour les agrocarburants de la seconde génération (algues, déchets), afin d'encourager la filière.

Lors de l'adoption du paquet Climat en 2008, l'Union européenne s'était imposé un objectif de 10% d'énergies renouvelables dans le secteur des transports. Les agrocarburants ont été considérés comme la solution, et d'importants investissements ont été réalisés avant de constater que l'utilisation de productions agricoles provoquait une hausse des prix des denrées alimentaires.

L'Union européenne a été contrainte de revoir sa position et le compromis approuvé jeudi vise à satisfaire les organisations écologistes et l'industrie, a insisté Mme Lepage.

"Nous ne pouvons pas être dans le déni face aux problèmes posés par l'utilisation croissante de terres agricoles, mais dans le même temps, nous souhaitons que l'industrie puisse s'adapter", a-t-elle déclaré.

Les propositions approuvées jeudi seront soumises aux députés pour un vote en plénière lors de la session de septembre et des amendements seront négociés avec la commission Industrie, a-t-elle précisé.