Entreprise

Faire de l'Europe l'économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique au monde d'ici 2010». Tel est l'objectif que s'est fixé le conseil européen de Lisbonne en mars 2000. En Belgique, on est loin du compte! Alors que les chefs d'Etat et de gouvernement européens évaluent chaque année les progrès réalisés dans ce domaine lors du sommet de printemps (qui se tiendra à la fin de la semaine), la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) révèle qu'en 2004, «l'indice Lisbonne» de la Belgique, calculé sur base de 42 indicateurs structurels, s'est établi à 41,7 pc contre 43pc en 2003.

De ce fait, notre pays perd encore du terrain dans le classement des quinze Etats membres, revenant de la 11e à la 12e place. Ainsi, l'Espagne nous dépasse et seuls la Grèce, l'Italie et le Portugal réalisent un score inférieur. Cette situation s'explique essentiellement par une détérioration de la compétitivité des entreprises belges et des performances belges dans les domaines de l'emploi et, dans une moindre mesure, des réformes économiques, déclare Baudouin Velge, directeur économique à la FEB. Et d'y voir une preuve supplémentaire de l'important retard accumulé par rapport aux économies les plus performantes en Europe.

Alors que le score global de la Belgique reste déprimé, l'indice Lisbonne «Compétitivité» est partculièrement médiocre (36,7pc seulement, contre 38pc en 2003). L'indice «Emploi» connaît également une mauvaise évolution puisqu'il chute de 33,8pc en 2003 à 24,6pc cette année. Cela s'explique principalement par le « mal national persistant», à savoir le très faible taux d'emploi et ce surtout pour les plus de 55 ans. « Il est urgent de rendre le travail plus rémunérateur que l'inactivité, dit la FEB.

La mise en oeuvre de la libéralisation dans plusieurs secteurs préoccupe également la fédération patronale qui s'inquiète des retards pris en matière de transport ferroviaire, de services postaux, d'électricité et de gaz. L'exemple de la libéralisation du fret ferroviaire est éclairant, selon M. Velge, qui dénonce « l'isolement» de la Belgique.

(Belga)

© La Libre Belgique 2004