Entreprise

L’illustre Sallustio Bandini doit se retourner dans sa tombe. Ce prêtre qui prônait, à la Renaissance, le libéralisme économique pour aider la prospérité des peuples, est devenu, bien malgré lui, le symbole d’une banque à la dérive. Car la statue de l’économiste trône devant le magnifique palais du XIVe siècle, siège de la banque "Monte dei Paschi", née en 1472, qui aujourd’hui fait trembler toute l’Italie.

Inquiétudes

Autrefois fiers de cette institution, les habitants de Sienne sont inquiets. "J’ai encore confiance, même si la situation est grave", explique cet homme, "je sais qu’il y a beaucoup de problèmes, on peut parler de véritable escroquerie, mais d’après les informations qui circulent dans la ville, la banque est encore solide… Enfin j’espère."Ancien maire de Sienne, Pierluigi Piccini a mené toute sa carrière au sein de la banque. Selon lui, c’est l’histoire de la grenouille qui voulait devenir plus grosse que le bœuf. "Monte dei Paschi a toujours racheté des petites institutions locales, une stratégie d’expansion prudente. Mais à partir de 2001, tout change, pour devenir un grand groupe bancaire, la direction décide, en 2007, d’acheter la banque Antonveneta, alors que la crise financière internationale a déjà commencé. De plus, cette opération se réalise alors que l’institut n’en a pas les moyens, il s’endette profondément sur le marché avec des taux d’intérêt extrêmement élevés."

La suite de l'article dans notre "Sélection LaLibre.be" (à partir de 4,83 euros par mois).