Entreprise

C’est tout sourire que les représentants du Port autonome de Liège (Pal) ont présenté hier le bilan de l’année écoulée. Et pour cause : le premier port intérieur belge et troisième au niveau européen a enregistré en 2010 un trafic global de plus de 21 millions de tonnes, soit une croissance significative de près de trois millions de tonnes, représentant une hausse de 15 %.

Principale satisfaction des autorités liégeoises : le fait que le transport par voie d’eau, véritable "core business" du Pal, a progressé de 17 % en 2010, atteignant 15 millions de tonnes de marchandises acheminées. Cette augmentation concerne principalement les secteurs de la sidérurgie, lesquels profitent du redémarrage du haut-fourneau d’Ougrée, des matériaux de construction et des produits agricoles. "73 % de nos trafics sont effectués par voie d’eau, ce qui correspond à 800000 camions en moins sur les routes et ce qui montre que Liège est un port à vocation fluviale", s’est réjoui le directeur général du Pal, Emile-Louis Bertrand. Pour ce qui est des trafics ferroviaire et routier, liés au trafic fluvial, ils enregistrent également une progression, de l’ordre respectivement de 23 % et 5 %, la première étant essentiellement due aux transports inter-sites d’ArcelorMittal.

Un autre élément important pointé tant par Willy Demeyer (PS), bourgmestre de Liège et président du CA du Pal, que par son directeur général, est l’augmentation de 11 % du transport de conteneurs par voie d’eau, ce qui rend selon eux nécessaire le développement rapide des activités de "Liège Trilogiport" du nom de cette plate-forme multimodale à créer sur le site de Hermalle-sous-Argenteau. Cette dernière est amenée à porter la superficie totale du Pal à 470 hectares contre 370, représentant quelque 32 zones portuaires, à l’heure actuelle. Consistant notamment en la mise sur pied d’un nouveau terminal à conteneurs et considéré comme incontournable pour le redéploiement économique liégeois, ce projet d’ampleur qui doit voir le jour à l’horizon 2013 avance à petits pas, les pouvoirs publics travaillant actuellement à "la sécurité juridique".