Entreprise

On se souvient des rapports difficiles qu’entretenait feu Didier Bellens avec le pouvoir politique lorsqu’il était à la tête de Belgacom. Ses derniers mois de mandat à la tête de l’entreprise publique ont été un calvaire. La cote de Dominique Leroy a-t-elle à son tour baissé auprès du gouvernement après le couac de mardi et la communication chaotique entourant le plan de restructuration de Proximus ? Elle se dit partante pour un deuxième mandat, mais voudra-t-on encore d’elle ?

(...)