Entreprise

Deliveroo est souvent critiquée pour la précarité des conditions de travail de ses livreurs à vélo. 

Ce que conteste Mathieu de Lophem. "93 % de nos livreurs recommanderaient leur boulot à des copains. C’est une preuve. Deliveroo juge avoir une responsabilité sociétale. Dans chacun des pays, on cherche comment leur offrir plus de sécurité, plus de flexibilité. Tout dépend de ce que les états permettent. En France, les livreurs sont assurés. En Belgique, la majorité (90 %) est salariée à la Smart." 

Il reconnaît par contre un problème avec l’outsourcing du customer service belge et la perte de 9 emplois sur 14. "Cela a été une décision difficile à prendre. Les horaires ne sont pas classiques et on avait du mal à trouver suffisamment de personnes multilingues. On l’a splité entre les Pays-Bas en interne et Madagascar. en externe."