Entreprise

Les syndicats et la direction de Mestdagh, réunis lundi pendant dix heures en bureau de conciliation, se sont quittés vers 23h sur un échec.

"La première réunion de conciliation sociale, dans le cadre de la négociation entre les syndicats et la direction de Mestdagh, n’a pas permis d’aboutir à un accord. Les syndicats campent sur des positions inadaptées aux magasins et refusent toute discussion sur la polyvalence, malgré les nombreuses concessions accordées par la direction depuis le début des négociations", a écrit la direction de l'enseigne dans un communiqué envoyé pendant la nuit.

La permanente Setca Myriam Delmée a pour sa part indiqué sur Twitter : "Aucune avancée. Bureau de conciliation suspendu jusque mercredi soir. On espère que mercredi la direction viendra avec un mandat des administrateurs pour négocier !"

Cette réunion organisée lundi dès 13h à Bruxelles avait pour but de renouer le contact entre les deux parties, après l'échec des négociations sociales de la procédure Renault en cours. Mestdagh restructure en effet ses effectifs et veut se séparer de 340 membres du personnel avant la fin de l'année.

Une nouvelle rencontre est donc prévue mercredi à 17h. "La direction espère que la prochaine réunion permettra enfin d’avoir une position plus réaliste par rapport à la situation de l’entreprise. Pour rappel, Mestdagh est en perte structurelle depuis plus de 6 ans. Si des mesures ne peuvent pas être mise en œuvre rapidement, c’est la survie même de la société qui est menacée", a signalé l'entreprise dans son communiqué.

Les syndicats ont fait savoir que le mot d'ordre de grève générale de jeudi, vendredi et samedi dans les 52 magasins Mestdagh exploités en propre était maintenu d'ici-là.