Entreprise Après ING dans le secteur bancaire, RTL dans le secteur des médias, c’est donc au tour de Proximus d’annoncer une grosse restructuration. A chaque fois l’impression est la même : ces grandes entreprises semblent avoir raté, en tout cas ne pas avoir assez anticipé la vague de la digitalisation. Et submergées par une vague technologique qu’elles ne sont pas parvenues à maîtriser, elles n’ont d’autres choix que de faire des plans de “transformation” – le terme est décidément à la mode – assortis d’une solide facture sociale.

(...)