Entreprise

Le producteur de biscuits Lotus Bakeries a enregistré en 2018 une hausse de 6% de son chiffre d'affaires par rapport à 2017, pour atteindre 556,4 millions d'euros. Le dividende a été fortement rehaussé, passant de 19,5 à 29 euros par action, soit un tiers du bénéfice net récurrent, souligne lundi l'entreprise de Lembeke (Flandre orientale), à l'occasion de la présentation de ses résultats annuels. Le bénéfice a augmenté de 5% pour s'élever à 67,9 millions d'euros. Les responsables du spécialiste du spéculoos ont noté la belle progression de ce biscuit et de sa version en pâte à tartiner sur les marchés américain et britannique, notamment. La Chine, l'Espagne, les Pays-Bas et la République tchèque ont également signé de bons résultats pour cette douceur. Le pain d'épices est par contre moins à la fête aux Pays-Bas où Lotus Bakeries détient le spécialiste Koninklijke Peijnenburg. La société de Lembeke entend toutefois "renverser la tendance négative et renouer avec la croissance dans cette catégorie".

Sur la marché belge, Lotus affirme avoir gagné quelques parts de marché, notamment grâce à diverses innovations de produits et le bon résultat des gaufres.

L'année 2019 marquera un tournant dans l'histoire de l'entreprise. Pour la première fois, son biscuit emblématique ne sera pas uniquement fabriqué à Lembeke. L'usine Biscoff implantée en Caroline du Nord (est des Etats-Unis) devrait être opérationnelle dans le courant du second semestre. Le siège historique n'est cependant pas oublié; de nouveaux bureaux sont construits à Lembeke, outre l'agrandissement de l'usine de spéculoos.

D'ici fin 2019, Lotus comptera 2.000 collaborateurs à travers le monde.