Entreprise

Depuis quelques jours, des questions se posent sur le rôle des administrateurs représentant l’État belge (NdlR : actionnaire de Proximus à hauteur de 53,5 % des actions) au sein du conseil d’administration (CA) de Proximus. Deux questions viennent à l’esprit au vu des couacs de communication des derniers jours qui ont vu un Premier ministre “mis devant le fait accompli” et des syndicats mis sur la touche alors que des fuites dans la presse éventaient les grandes lignes d’un plan de restructuration qui se traduira par le départ de près de 2 000 personnes.

(...)