Entreprise

La compagnie aérienne à bas coûts Ryanair a annoncé vendredi avoir abaissé une nouvelle fois sa prévision de bénéfice annuel, face à la faiblesse des tarifs cet hiver sur un marché du court-courrier très concurrentiel en Europe.

Le transporteur irlandais vise désormais un bénéfice net compris entre 1,0 et 1,1 milliard d'euros pour son exercice 2018-2019 (achevé fin mars), contre une précédente estimation entre 1,1 et 1,2 milliard. Il s'agira d'une nette baisse par rapport au 1,45 milliard enregistré en 2017-18.

Il avait déjà été contraint d'annoncer une révision en baisse de ses objectifs en octobre dernier, conséquence alors d'une série de grèves de son personnel.

"Le fait d'abaisser légèrement notre objectif annuel est décevant et c'est la conséquence directe de tarifs aériens plus bas que prévu au second semestre", a expliqué vendredi dans un communiqué Michael O'Leary, directeur général de la compagnie.

Il justifie cette faiblesse des prix des billets par l'offre surabondante par rapport à la demande sur le marché du court-courrier en Europe cet hiver.

Par conséquent, pour remplir ses avions et se démarquer de la concurrence, Ryanair doit baisser ses prix encore plus, ce qui pèse in fine sur sa rentabilité.

M. O'Leary s'attend à ce que ce contexte de marché perdure, avec des conséquences néfastes pour ses concurrents les plus fragiles. Plusieurs transporteurs européens connaissent de graves difficultés financières ou ont été poussés à la faillite.

La compagnie britannique à bas coût Flybe n'a par exemple dû son salut ce mois-ci qu'à un rachat pour un prix modique par un consortium mené par la compagnie aérienne Virgin Atlantic (30%).

Ryanair n'exclut pas par ailleurs de nouvelles baisses de tarifs et un autre abaissement de ses objectifs annuels, en évoquant les potentiels dégâts du Brexit d'ici la fin mars, période qui correspond à la fin de son exercice comptable et à la date de sortie du Royaume-Uni de l'UE.

La compagnie ajoute qu'elle fournira de plus amples informations sur le sujet lors de la présentation des résultats du troisième trimestre, qui seront dévoilés le 4 février.

Aucune mention n'est faite par ailleurs dans le communiqué du mouvement social subi par Ryanair avec une série de grèves, principalement au second semestre, de certains de ses pilotes et personnels de bord.

La compagnie avait mis son avertissement sur résultat du mois d'octobre sur le compte des grèves, craignant qu'elles n'affectent la confiance des consommateurs, qui seraient plus hésitants à réserver des vols Ryanair.

Fin novembre, la compagnie assurait toutefois que ses relations avec les syndicats seront apaisées d'ici le premier trimestre de 2019, avec la signature d'accord sociaux dans la plupart des pays d'Europe où elle est présente.