Entreprise

Patrick Pouyanné, qui dirige chez Total la branche Raffinage-Chimie, a été nommé directeur général du groupe, sous la présidence de Thierry Desmarest, a indiqué une source syndicale à l'AFP à l'issue d'un conseil d'administration mercredi.

Il ne s'agit pas de nominations par intérim, au lendemain du décès accidentel du PDG du géant pétrolier, Christophe de Margerie, en Russie. Thierry "Desmarest s'effacera ensuite pour que (Patrick) Pouyanné devienne PDG", a précisé la même source.


Thierry Desmarest, le mentor de Margerie

Le président d'honneur et ancien PDG de Total, Thierry Desmarest, 68 ans, désigné mercredi à la présidence du groupe pétrolier après le décès accidentel de son successeur Christophe de Margerie, dont il fut le mentor, est considéré comme un des "sages" de la haute direction malgré des couacs au moment du naufrage de l'Erika.

Brillant stratège mais piètre communicant, M. Desmarets a fait de Total la première entreprise de France et une des principales compagnies pétrolières mondiales, mais son image est longtemps restée entachée par sa gestion calamiteuse du naufrage de l'Erika au large des côtes bretonnes et de la marée noire qui s'ensuivit en décembre 1999. Polytechnicien et ingénieur des Mines, ce chef d'entreprise parfois brutal, qui dissimule une volonté de fer derrière une mine affable et un sourire mesuré, a toujours été plus à l'aise face aux analystes qu'aux journalistes.

Né le 18 décembre 1945 à Paris, M. Desmarest est fils d'un magistrat de la Cour des Comptes. Il a débuté sa carrière en 1971 à la direction des mines de Nouvelle-Calédonie avant de rejoindre en 1975 les cabinets de Michel d'Ornano puis René Monory aux ministères de l'Industrie et de l'Economie.

Il entre en 1981 chez Total comme directeur délégué de Total Algérie puis gravit les échelons du très rentable pôle "exploration-production": directeur Amérique latine et Afrique de l'ouest en 1983, directeur Amériques, France, Extrême-Orient en 1988, puis directeur général en 1989, poste qu'occupera également Christophe de Margerie dix ans plus tard.

Il devient alors le bras droit du PDG, Serge Tchuruk, qui le surnomme "Monsieur sans-faute". Lorsque ce dernier quitte Total pour Alcatel-Alsthom en 1995, M. Desmarest prend la tête du groupe pétrolier. En quelques années, il va faire de la compagnie un des plus grands groupes mondiaux, aux côtés d'Exxon, BP ou Shell. Il décroche en 1998 le prix du Stratège de l'année décerné par La Tribune puis, en 1999, celui du Manager de l'année du Nouvel Economiste.

La présidence de M. Desmarest sera cependant ternie par deux catastrophes: le naufrage du pétrolier Erika sur les côtes bretonnes puis l'explosion de l'usine chimique AZF en septembre 2001. En 2007, M. Desmarest abandonne la direction générale du groupe à Christophe de Margerie, tout en restant président du conseil d'administration. Lorsqu'en 2010, Christophe de Margerie prend la tête du groupe, il devient président d'honneur et reste administrateur et président de la Fondation de Total. Il est également administrateur d'Air Liquide, Sanofi-Aventis, Renault et Bombardier. Amateur d'opéra et de ski, Thierry Desmarest est marié et père de trois enfants.



Patrick Pouyanné, venu des cabinets ministériels

Patrick Pouyanné, qui dirigeait chez Total la branche Raffinage-Chimie en pleine restructuration ces dernières années, a été nommé directeur général du groupe, sous la présidence de Thierry Desmarest.

Né le 24 juin 1963 à Petit-Quevilly, Patrick Pouyanné est polytechnicien et ingénieur du corps des Mines.Il débute sa carrière dans l'administration du ministère de l'Industrie et dans des cabinets ministériels (1989-96). Il est notamment conseiller technique pour l'environnement et l'industrie auprès d'Edouard Balladur alors Premier ministre (1993-95) puis directeur de cabinet de François Fillon, à l'époque ministre des Technologies de l'information et de l'Espace (1995-96).

Il rejoint ensuite Elf en 1997 comme secrétaire général en Angola pour la branche Exploration-Production, avant d'être envoyé deux ans plus tard au Qatar, où il dirige la branche Exploration-Production. Il continue son parcours dans cette branche reine du groupe, devenu Total après l'absorption d'Elf en 2000, comme directeur Finances, Économie, Informatique à partir de 2002, puis directeur de la stratégie quatre ans plus tard. Il rejoint dans la foulée en mai 2006 le comité directeur du groupe.

En mars 2011, il est nommé directeur général adjoint Chimie et Pétrochimie. Il doit notamment gérer les conséquences de la fermeture de la raffinerie de Dunkerque (Nord), décidée l'année précédente. Depuis janvier 2012, il occupe le poste de directeur général de la branche Raffinage-Chimie et rejoint le comité exécutif du groupe. Dans une activité victime des surcapacités en Europe, Total poursuit ses restructurations dans ce secteur.

Patrick Pouyanné a dû notamment orchestrer la réorganisation du site pétrochimique de Carling (Moselle), que Total avait décidé en 2013 de transformer en centre de production de résines d'hydrocarbures au prix de la suppression de 210 emplois d'ici à 2016. Marié, Patrick Pouyanné est père de 4 enfants.