Entreprise

Wall Street a achevé la semaine dans le rouge vendredi, gagnée par l'angoisse d'un blocage budgétaire aux Etats-Unis si les parlementaires ne parviennent pas à un accord d'ici lundi soir: le Dow Jones a perdu 0,46% et le Nasdaq 0,15%.

Selon des résultats définitifs, le Dow Jones a abandonné 70,06 points à 15.258,24 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 5,84 points à 3.781,59 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 s'est replié de 0,41% (- 6,92 points) à 1.691,75 points.

"Les courtiers n'ont simplement pas voulu partir en week-end en prenant le risque de voir leurs positions trop exposées au cas où la situation empirerait vraiment", selon Art Hogan de Lazard Capital Markets.

Le Congrès américain a en effet jusqu'à lundi soir 23H59 à Washington, pour adopter un budget, faute de quoi quelque 800.000 fonctionnaires fédéraux jugés non essentiels pourraient se retrouver en congé sans solde à partir de mardi et quelque 1,4 million de militaires continueraient à travailler sans être payés.

Les négociations se sont poursuivies vendredi sans qu'aucun compromis ne semble émerger entre le Sénat --à majorité démocrate-- et la Chambre des représentants --contrôlée par les démocrates.

Les républicains insistent pour que tout accord, même sur un budget temporaire, coupe les financements de la loi de réforme du système de santé, un sujet sur lequel les démocrates, le président Barack Obama en tête, ne veulent pas céder.

Face à cette apparente impasse, "nervosité est le mot qui décrit sans doute le mieux l'état d'esprit des investisseurs actuellement", remarque Mace Blicksilver, de Marblehead Asset Management.

Les marchés redoutent en effet l'impact économique que pourrait avoir la fermeture de certains services publics.

Ils craignent également que ces pourparlers houleux ne soient qu'un échauffement avant d'autres discussions sur le plafond de la dette, qui doit être relevé avant le 17 octobre afin d'éviter de provoquer un défaut de paiement des Etats-Unis.

"Au vu de tout ce qui se passe, le marché reste plutôt modéré dans sa réaction et on n'assiste pas à une fuite incontrôlée" des investisseurs, souligne toutefois Mace Blicksilver. "Les courtiers se disent sans doute qu'il faudra bien qu'on arrive à une sorte d'accord d'ici le 1er octobre ou dans les jours qui suivent".

Dans ce contexte, les indicateurs du jour sont passés au second plan, d'autant plus qu'ils offraient une image contrastée de l'économie.

Un indice sur la confiance des consommateurs a en effet montré que le moral des ménages américains avait reculé en septembre pour le deuxième mois consécutif, alors même que les revenus et dépenses des ménages ont progressé davantage que prévu en août.

Le marché obligataire a terminé en hausse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a reculé à 2,619% contre 2,643% jeudi soir et celui à 30 ans à 3,681% contre 3,690% la veille.