L'inflation en Belgique plus faible que dans les pays voisins au premier trimestre

L'inflation en Belgique a progressé au premier trimestre 2021. Son niveau reste toutefois inférieur non seulement à celui des cinq dernières années, mais aussi à celui de nos voisins les plus proches.

L'inflation en Belgique plus faible que dans les pays voisins au premier trimestre
© Shutterstock
François Thys

Durant les trois premiers mois de l'année, l'indice des prix à la consommation harmonisé a connu une légère augmentation pour atteindre les 0,8 %. Au trimestre précédent, il était de 0,3 %. "Ce niveau d’inflation totale reste inférieur au taux cumulé annuel moyen des cinq dernières années, soit 1,6 % durant la période 2015-2020", précise l’Observatoire des prix dans son rapport.

placeholder
© Observatoire des prix

Ce niveau reste qui plus est bien en-dessous de la plupart de nos voisins européens. La France (+ 0,97 %), l'Allemagne (+ 1,74 %) et les Pays-Bas (+ 1,78 %) parviennent ensemble à un taux moyen d'1,47 %.

Les prix du pétrole flambent...

Retombés à un niveau plus vu depuis longtemps durant la crise, les prix du pétrole connaissent une remontée fulgurante. "Le cours du pétrole en euro a enregistré une hausse de 36,1 % entre le dernier trimestre 2020 et le premier trimestre 2021, et s’est ainsi établi à 50 euros le baril en moyenne", indique le rapport.

placeholder
© Observatoire des prix

Et dans leur ensemble, les prix de l'énergie tirent l'indice vers le haut. "Les prix à la consommation des produits énergétiques ont progressé en moyenne de 0,4 % sur une base annuelle au premier trimestre 2021 (contre -10,4 % au quatrième trimestre 2020). Cette inflation s’explique par une hausse de prix sur un an du gaz (+3,2 %), de l’électricité (+1,9 %), et par une baisse de prix beaucoup moins prononcée pour les combustibles liquides."

... et l'alimentaire compense

Cette hausse au niveau énergétique est toutefois compensée par une ralentissement de l'inflation des produits alimentaires. "Les prix à la consommation des produits alimentaires ont légèrement progressé, de 0,8 % en glissement annuel, ce qui correspond à un ralentissement d’inflation par rapport au trimestre précédent (2,3 %). Il s’agit de l’inflation la plus basse pour ce groupe de produits depuis le premier trimestre 2017", analysent les auteurs.

"Les produits alimentaires non transformés ont même connu une inflation négative de -1,4 % (contre +4,3 % au trimestre précédent). Les prix ont en effet chuté sur un an pour les légumes (-1,1 %), et encore plus fortement pour les fruits (-7,1 %)."