Budget fédéral : Voici les mesures qui vont faire mal au portefeuille... ou le soulager

Le gouvernement fédéral a bouclé son budget. Voici quelques mesures qui auront des conséquences sur votre portefeuille.

Budget fédéral : Voici les mesures qui vont faire mal au portefeuille... ou le soulager
©Shutterstock
La Libre Eco

L'accord budgétaire a pour objectif de trouver un un équilibre entre relance économique et stabilité budgétaire. Certaines mesures vont avoir des conséquences sur le portefeuille.

Les mesures qui pèsent sur le portefeuille

  • Taxe sur les trajets aériens : le gouvernement fédéral va introduire une redevance sur les billets pour les trajets aériens courtes distances, c'est-à-dire ceux de moins de 500 km. On évoque un montant allant de 4 à 6 euros par billet d'avion à l'embarquement dans un aéroport belge. Cette taxe devrait rapporter 30 millions d'euros à l'État fédéral en 2022. La mesure vise à inciter les voyageurs à opter davantage pour le train sur des courts trajets européens.
  • Taxe sur les comptes titres : une taxe de 0,15% sur les comptes-titres de plus d'un million d'euros va être introduite. Le comité de monitoring a calculé que cette taxe allait rapporter quelque 430 millions d'euros en 2022.
  • Accises sur le tabac: le prix va augmenter afin de rapporter environ 308 millions d'euros.
  • Augmentation du diesel professionnel : afin de stimuler le transfert modal, une suppression progressive de la subvention du diesel professionnel va être introduite. A partir de 2022, le montant permettant de bénéficier de l'exonération du droit d'accise spécial sera abaissé à 227.07 euros par 1000 litres.

Les mesures qui soulagent le portefeuille

  • Hausse du salaire minimum : le 1er avril, une hausse du salaire minimum, déjà décidée, interviendra. Mais s'y ajouteront deux réformes: celle de la cotisation de crise et celle de l'amélioration du bonus emploi. "On ne sait pas prédire ce que va donner exactement comme résultat", admet le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke. "Mais cette réforme sera importante pour les gens qui sont actifs et gagnent un salaire bas ou moyen."
  • Allocation de chômage : les travailleurs au chômage pourront cumuler une partie de leur allocation de chômage avec leurs premiers salaires, pendant trois mois, s'ils retrouvent un emploi dans un secteur en pénurie.
  • Garde d'enfant : la déduction fiscale pour la garde d'enfants passe de 13 à 14 euros par jour et par enfant.
  • Tarif social élargi : le groupe le plus vulnérable verra son tarif social étendu. Le 1er février 2021, le nombre de ménages bénéficiant du tarif social du gaz et de l'électricité a été multiplié par deux. Depuis lors, 894 000 familles belges ont accès à ces tarifs avantageux. Cette extension du nombre de bénéficiaires devait prendre fin au 31 décembre 2021. Cela aurait signifié la perte de cet avantage pour 450 000 familles (sur 894 000). Finalement, la mesure a été prolongée jusqu'au 31 mars 2022.
    Un petit consommateur, qui bénéficie du tarif social, réalise, pour le gaz et l'électricité, une économie de 720 euros sur sa facture d'énergie par comparaison avec le prix moyen du marché. En outre, les bénéficiaires du tarif social auront une réduction unique de 80 euros sur leur facture d'électricité.
  • Suppression de la cotisation spéciale de sécurité sociale : cette suppression, que de nombreux salariés paient sur leur salaire brut a des conséquences sur les impôts. Un célibataire actif bénéficiera d'une réduction de 50 euros, alors que les couples à deux revenus toucheront 150 euros supplémentaires. Pour le Conseil supérieur des finances, la suppression de cette contribution est le scénario privilégié pour réduire la pression fiscale sur le travail. Cette mesure coûtera 225 millions d'euros l'année prochaine. Elle sera compensée par un aménagement du système d'exonération des entreprises du précompte mobilier.

Sur le même sujet