Baisser la TVA sur l'énergie d'ici le 1er février "est impossible", insistent les fournisseurs

La fédération du secteur du gaz et de l'électricité avertit du chaos qu'engendrait la mise en place de cette mesure dans un délai aussi court.

Baisser la TVA sur l'énergie d'ici le 1er février "est impossible", insistent les fournisseurs
©Shutterstock
La Libre Eco avec Belga

Les fournisseurs d'énergie sont catégoriques : faire baisser la TVA sur l'électricité et le gaz d'ici le 1er février est impossible tant du point de vue technique que pratique. Ils demandent un délai allant jusqu'au 1er avril pour mettre en place les mesures gouvernementales. Les pouvoirs publics tentent en effet de réduire par tous les moyens les factures d'énergie historiquement élevées de ménages belges. L'une des pistes envisagées pour y parvenir réside dans la baisse de la TVA.

Mais de telles mesures nécessitent du temps, insiste Febeg, fédération représentant les producteurs d’électricité, les négociants et fournisseurs d’électricité et de gaz. La mettre en place d'ici le 1er février est tout bonnement impossible, et l'imposer mènerait à un véritable chaos, avertit-elle.

Les fournisseurs d'énergie rappellent que si la piste d'une réduction de la TVA "semble simple à mettre en œuvre", elle implique que toutes les communications envers les clients et les autorités soient adaptées: prix, promotions, sites web, comparateurs de prix, factures d'acompte et de décompte final, contrats, paiements aux autorités, etc. "Des dizaines de processus internes doivent être modifiés et testés. La mise en œuvre de tous ces ajustements d'une manière qualitative et claire pour le client nécessite suffisamment de temps. Une réduction immédiate de la TVA n'est donc pas envisageable. Une facturation et des informations correctes sont des conditions essentielles pour le bon fonctionnement du marché et pour assurer la transparence envers les clients", souligne la Febeg.

Elle demande dès lors de laisser du temps, et en l'occurrence jusqu'au 1er avril, au secteur pour mettre en place une éventuelle baisse de la TVA. "Nous demandons au gouvernement, quelle que soit sa décision, d'effectuer un choix réfléchi etbasé sur des critères juridiques solides, et de laisser aux fournisseurs jusqu'au 1er avril pour mettre toute mesure en place", indique le patron de Febeg, Marc Van den Bosch.

Sur le même sujet