"Les prix des carburants vont augmenter, mais aucune pénurie n'est imminente"

La Russie exporte environ 10 millions de barils de pétrole brut par jour, dont près de 180 000 finissent en Belgique.

La Libre Eco avec Belga
"Les prix des carburants vont augmenter, mais aucune pénurie n'est imminente"
©Shutterstock

L'invasion russe de l'Ukraine entraînera une hausse des prix du carburant en Belgique, mais il ne faut pas craindre de pénurie. C'est ce qu'affirme Wim De Wulf de la fédération sectorielle Energia, l'ancienne Fédération pétrolière. "Il n'y a pas de problème d'approvisionnement", affirme M. De Wulf. "Les réserves de pétrole russes représentent 30 % de notre consommation totale, mais seulement 0,2 % de la demande mondiale", soit environ 90 à 95 millions de barils par jour.

La Russie exporte environ 10 millions de barils de pétrole brut par jour, dont près de 180 000 finissent en Belgique. "Nous avons suffisamment de flexibilité pour acheter du pétrole ailleurs, car nous sommes approvisionnés par des navires dans les ports d'Anvers et de Rotterdam." De Wulf souligne que l'Allemagne, en revanche, s'approvisionne en pétrole directement auprès de la Russie via des oléoducs et est donc encore plus dépendante.

En outre, notre pays dispose également de réserves stratégiques. "Mais je ne nous vois pas les utiliser ; c'est le dernier filet de sécurité. Il y a suffisamment de sources pour répondre à la demande."

Les Belges, quant à eux, risquent de ressentir le conflit dans leur poche. Energia s'attend à ce que les prix du carburant augmentent encore plus. "Les événements géopolitiques tels que le conflit en Ukraine créent de l'incertitude et cela peut donner lieu à de la spéculation." La fédération du secteur souligne toutefois que l'augmentation des prix sur les marchés n'est pas immédiatement répercutée sur le prix final pour les consommateurs. "Il y a toujours un certain retard, car les prix sont fixés sur la base de moyennes sur une certaine période", explique M. De Wulf.