Plus de 50.000 signatures récoltées pour une réforme fiscale dans le domaine de l'énergie

Test Achats, qui a lancé la pétition, demande aux gouvernements fédéral et régionaux de supprimer les taxes et les prélèvements de la facture d'électricité pour une meilleure protection des consommateurs contre "les chocs tarifaires".

La Libre Eco avec Belga
Les prix du gaz et de l'électricité - ainsi que du mazout, dans un second temps - ont commencé à augmenter fortement l'été dernier.
Les prix du gaz et de l'électricité - ainsi que du mazout, dans un second temps - ont commencé à augmenter fortement l'été dernier. ©Shutterstock

Une pétition lancée fin de l'année dernière par Test Achats pour réclamer une réforme fiscale dans le domaine de l'énergie a recueilli 52.703 signatures, indique mardi l'association de défense des consommateurs. Le document sera remis aux ministres compétents. Test Achats demande aux gouvernements fédéral et régionaux de supprimer les taxes et les prélèvements de la facture d'électricité pour une meilleure protection des consommateurs contre "les chocs tarifaires".

"Les prix du gaz et de l'électricité - ainsi que du mazout, dans un second temps - ont commencé à augmenter fortement l'été dernier. Une combinaison de divers facteurs, allant des quotas de CO₂ de plus en plus chers à une pénurie du côté de l'offre, en passant par la guerre en Ukraine, a rendu l'énergie extrêmement chère", souligne Test Achats.

Selon la Creg, les prix annuels prévus pour le mois de mars s'élèvent à 1.380 euros pour l'électricité et 3.280 euros pour le gaz, pointe Test Achats. Des chiffres "qui donnent le vertige, bien que l'on constate une légère baisse depuis le début de l'année".

L'organisation, qui réclame des mesures structurelles, regrette par ailleurs "que la réduction de la TVA sur le gaz soit instaurée tardivement, à un moment où les ménages coupent le chauffage"

"La facture des ménages devrait être réduite à l'essentiel: les électrons et leur acheminement. Les autres postes n'y ont pas leur place et doivent être supprimés et financés différemment", conclut Test Achats.

Sur le même sujet